Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 07:37

livre_2010_09_nothomb_antechrista.JPGBlanche est une étudiante effacée, discrète, terne, timide, qui ne se lie pas aux autres et pense en souffrir. Christa, elle, est étudiante, extravertie, populaire, séduisante. Quand Christa s'intéresse à Blanche, celle-ci en est flattée et tellement incrédule qu'elle accepte beaucoup d'inadmissible de la part de Christa. Christa va rapidement s'installer chez Blanche la semaine, et le cauchemar va commencer, dans le mépris et l'humiliation... Et finalement, Blanche découvrira les mensonges de Christa et se vengera de belle façon, elle qui prétendait ne pas aimer les rapports dominant-dominé en usera pour son seul plaisir d'humiliation de vengeance (ah ben on n'a pas la même vision des choses selon qu'on est dominant ou dominé, on dirait...).

 

Arf ! Que dire de ce livre ? Du Amélie Nothomb pur jus, en pire. Arrogance, p'tite balade des certitudes auxquelles aucune contradiction ne fait peur, pavanement, fausse modestie et fausse humilité, autoflagornage et virtuosité littéraire. Ecriture facile à lire dans la forme, et le fond est toujours aussi horripilant. J'aime bien et ça m'exaspère. Donc.

 

___________.o°¨°o.____________

 

Quelques extraits...

 

page 12 : Je rêvais d'être intégrée, ne fût-ce que pour m'offrir le luxe de me désintégrer ensuite.

 

page 18 : Cette perspective m'épouvantait de joie.

 

page 25 : Les corps ont trois possibilités de beauté : la force, la grâce et la plénitude. [...] le mien ne possédait pas une once de ces trois merveilles. [...] Il ressemblait à une hurlement de faim.

 

page 48 : - Blanche a toujours été trop sage, dit ma mère.

- Il faudra que tu nous la sortes, enchaîna mon père.

Je frémis ; l'horreur de notre ménage à quatre était contenue dans cette succession de pronoms : "...tu nous la...". J'étais devenue la tierce personne. Quand on parle de quelqu'un à la troisième personne, c'est qu'il n'est pas là.

 

page 56 : Je n'avais jamais vu s'allumer pour moi, dans l'oeil d'autrui, la flamme qui seule console de vivre.

 

page 91 : [...] chaque être a droit à son petit bonheur niais [...]

 

page 99 : Quand un être atteint un tel degré de séduction, personne ne peut imaginer qu'il n'est pas beau.

 

page 101 : Aussitôt les yeux s'allumaient, les coins de la bouche remontaient, les traits éclairés s'allégeaient, aussitôt disparaissait la tronche d'Antéchrista pour laisser émerger, exquise, fraîche, disponible, idyllique, la jeune fille, l'archétype de la pucelle à peine éclose, à la fois délurée et fragile, cet idéal inventé par la civilisation pour se consoler de la laideur humaine.

 

page 103 : [...] quand une chambre a une fenêtre, c'est qu'on a sa part de ciel. Pourquoi vouloir autre chose ?

 

-------------._.~^~._.---------------

Antéchrista, Amélie Nothomb, 2003, 198 pages

Partager cet article

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article

commentaires

zazimuth 04/09/2010 21:13



...que je croisE au boulot !



zazimuth 04/09/2010 21:12



Je pense que ça m'agacerait d'autant plus d'y retrouver les mesquineries et l'hypocrisie que je crois au boulot...



LaMaman 02/09/2010 09:11



J'avais bien aimé les "catallinaires" (je crois que c'est ça, ça fait tellement longtemps!) aussi, un peu dans le même genre...


Mais mon préféré reste "la métaphysique des tubes"...Un bijou !


Il y a un moment que je n'ai pas lu du Nothomb mais tu me donnes envie.


Bonne journée


Valérie



Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n