Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 20:39

livre_2011_02_expert_soir_tuer_assassin_fils.jpgEn rentrant du travail un soir, Jean-Pierre Boulard, éméché, a renversé un enfant à vélo et pris la fuite, laissant l'enfant mourir au creux d'un fossé. L'enfant en question n'est autre, il l'apprendra le lendemain, que celui d'un de ses subordonnés, un certain Antonio Rodriguez. Boulard est bien décidé à ne pas laisser une "connerie" pareille gaspiller sa vie ; Antonio, lui, a juré à sa femme qu'il tuerait l'assassin de leur enfant... Il pense que Boulard est le lâche meurtrier, mais les gendarmes arrêtent quelqu'un d'autre, qui avoue...

Nous suivons pendant 11 mois, mais sans chronologie, le cheminement de Jean-Pierre Boulard et d'Antonio Rodriguez, mais aussi l'influence de leurs femmes respectives Christine et Sylvia, par la voix de chacun d'entre eux qui devient tour à tour narrateur. Avec un fil conducteur du début à la fin du livre : des chapitres avec un narrateur extérieur, racontant au ralenti la dernière nuit, celle où Antonio a décidé de tuer l'assassin de son fils... Mais lequel ?

 

Voici un livre après lequel j'ai couru depuis un an, depuis une critique de Gérard Collard (encore !). En l'attendant, je m'étais rabattue sur  La Femme du monstre (clic), qui a été un des livres-chocs pour moi en 2010.

 

La première moitié du livre m'a un brin déçue, j'y ai retrouvé les thèmes de l'auteur : un style particulièrement vulgaire et grossier qu'il prête à ce monstre-ci comme au précédent, l'épouse du monstre machiavélique, tyrannique et haineuse à la maniaquerie pathologique, les femmes manipulatrices globalement... Même si les personnages d'Antonio et Sylvia sont différents, j'ai eu cette impression de relire un peu les mêmes personnages dans une autre histoire, et bof-bof... Puis, une fois bien campés ces personnages manichéens et convenus, commence une autre histoire, au suspens terrible, autour de cette quesiton : qui Antonio décidera-t-il de tuer ? Fera-t-il le bon choix ?...

 

Une bonne histoire, bien construite, qui tient debout, crédible. Une écriture très fluide qui adapte son style à chaque narrateur. Une construction originale, qui, quand on la survole, fait craindre le fouillis, et qui se révèle non seulement bien structurée, mais aussi redoutablement efficace : on ne lâche pas le livre !

En bref : un excellent bouquin où se mêlent thriller psychologique et intrigue captivante. Si le début m'a un peu déçue, la suite a largement rattrapée cette déception, et j'ai dévoré ce livre en 24h ! Décidément, j'aime les recommandations de Gérard Collard !

 

*******

Feuilletons quelques extraits ensemble, histoire de donner un peu le ton...

 

incipit : 22 février, 0h22

Antonio Rofriguez a regardé le journal de la 3 puis il a éteint la télévision et est resté de longues minutes immobile dans l'obscurité du salon, en attendant d'être certain que Sylvia a sombré dans un sommeil profond.

 

page 16 (narrateur JPBoulard) : Aujourd'hui, on ne peut plus rigoler et se prendre une "petite cuite" sans avoir peur des flics. Ce ne sont pourtant pas quatre verres qui m'empêchent de conduire, j'ai déjà pris le volant beaucoup plus chargé !

 

page 23 (narrateur JPBoulard) : Avant de quitter la station de lavage, je vérifie rapidement que le sang a bien disparu. Les marques laissées par la bicyclette sont à peine visibles, mais il faudra que je remplace vite le feu avant fendu. Dans la lumière crue, j'aperçois quelques cheveux encore collés sur la carosserie, je me penche sous le véhicule et les enlève un à un. C'est tenace, cette saloperie. Je les jette par la fenêtre avec ceux que j'ai récupérés sur l'aire de repos.

 

page 31 (narrateur JPBoulard) : J'ai allumé la radio pour savoir s'ils parlaient de l'accident, mais, comme je m'en doutais, il n'y a pas eu un mot. Je vais pouvoir dormir peinard, franchement, ça m'aurait gavé de savoir que l'accident avait déjà été découvert. Ca m'aurait pris la tête, et, quand ça m'arrive, j'ai du mal à trouver le sommeil.

 

page 80 (narrateur Antonio Rodriguez) : Peut-on survivre après ça ? Il y a tant d'injustice dan sla mort de notre fils. Il y a tellement de questions qui continuent à nous hanter, à nous poursuivre. Pourquoi l'at-telle laissé sortir ce soir-là ? Pourquoi s'est-il aventuré jusqu'à la route ? Aurait-il été sauvé si son assassin s'était arrêté ? A-t-il souffert ? S'est-il senti mourir ? Saurons-nous un jour qui a tué notre enfant ? Pourquoi ai-je été incapable de le trouver ? Nous n'en parlons jamais avec Sylvia. A quoi cela servirait-il, sinon à nous faire du mal ?

 

page 97 (narratrice Christine Boulard) : Régulièrement, pour mon seul plaisir, car je sais à quel point ça l'agace, [...]

Ma vie ets ainsi faite de petites et jouissives vengeances.

 

page 103 (narratrice Christine Boulard) : Mais Kévin s'entête :

- J'aime pas le gigot froid.

- Mange au moins ça, dit Jean-Pierre en coupant son morceau en deux.

Je remets le morceau dans son assiette.

- Non, tu finiras tout, c'est de la bonne viande, dis-je en regardant Jean-Pierre. Il faut qu'ils apprennent à manger de tout, et demain je ferai un hachis Parmentier.

Je sais qu'ils n'aiment pas ça non plus, mais je ne vais quand même pas jeter cette bonne viande.

C'est l'avantage d'être une femme au foyer, j'ai du temps pour cuisiner !

 

page 194 (narrateur JPB) : J'ai toujours estimé qu'un patron doit se faire respecter, quitte à ne pas avoir que des amis dans la boîte. A mon poste, celui de l'homme de confiance du boss, on n'est pas là pour faire copain-copain avec le personnel. Ces gens-là ne comprennent qu'une langue, celle de l'autorité.

 

*******

Ce Soir je vais tuer l'assassin de mon fils, Jacques Expert, 2010, 255 pages

Partager cet article

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Dorsi 18/02/2011 15:36



j'avais bcp aimé La femme du Monstre, c'est une histoire assez dérangeante. J'ai également lu La théorie des Six qui est peut être un peu moins bon mais quand même intéressant



Emmanuelle 13/02/2011 22:44



Bizarre : le thème donne envie, et les extraits pas du tout!



Plouf_le_loup 14/02/2011 22:57



Je crois que c'est parce qu'on ne peut pas retranscrire l'ambiance avec juste quelques extraits. J'ai beaucoup hésité à en mettre d'ailleurs, parce qu'il aurait fallu recopier 2 ou 3 chapitres
pour donner vraiment une idée. Ca n'est pas un livre de virtuosité littéraire, c'est la distance qui fait son charme...



Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n