Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 10:02

Ce qu'on est un jour, on l'est toujours, faut s'habituer tôt

 

Ah ça c'est la grande peur de beaucoup de parents, de beaucoup d'enseignants aussi. Apprendre aujourd'hui, tout de suite, tout ce qu'il faut savoir, tout ce qu'il faut utiliser, mettre en pratique, comprendre, ne pas laisser le temps, la maturation de chaque chose, dire bonjour sans jamais oublier merci s'il vous plaît même à deux ans, savoir dessiner un bonhomme à 3 ans, lire à 6 ans, multiplier à 8 ans, lever le majeur à 14 ans (ah non ça c'est pas dans la liste), sinon c'est perdu pour toujours, on saura jamais, quand tu louches un coup de vent et paf tu restes comme ça pour toujours... Maintenant. A n'importe quel prix, sous n'importe quelle pression. Parce que sinon c'est jamais. Est-ce qu'il n'y a pas des gourous psy qui prétendent (et plus grave : écrivent des bouquins qui affirment !) que tout se joue avant 6 ans ?! Si ça c'est pas une preuve ?! D'ailleurs vous non plus, c'est évident, vous n'avez changé en strictement rien depuis vos 6 ans, n'est-ce pas ?! Aucun progrès, aucune avancée, aucun changement, moralement vous êtes resté le même, vos apprentissages n'ont plus été que superficiels. Laisser le temps au temps ? C'est bon pour les petits ! Maintenant t'es grand ! Tu dois être comme ça, sinon imagine plus tard ! Sors ton doigt de ton nez, sacripan.


Pfff n'importe quoi !

 

Au nom de quoi faut s'endurcir, s'entraîner, prendre l'habitude de, arriver à, maintenant, tout de suite. C'est avec le même argument que les paranoïaques qui voient des sectes partout prétendent qu'il faut habituer les enfants très jeunes à la violence, à l'agression, etc., dans les écoles (oui oui j'ai vu Georges Fennec le dire dans une vidéo parlant d'IEF !! Ce phénomène est donc volontaire, pensé, prémédité). Que sinon ils ne pourront pas affronter la vie... J'avais déjà parlé de ce sujet précis ici (clic, voir paragraphe commençant par "Enfin, soyons clair") alors je ne reviens pas dessus, pour moi ça se rejoint... Absurde, cruel, contre-productif.


Pas étonnant que le monde se barre en biais...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joséphine 17/08/2012 19:40


Alors tout est bien puisque nous partageons certaines opinions.


Il n'est pas toujours possible de changer ses enfants de classe ou d'école quand ça va mal. Surtout quand ça va mal avec les trois enfants successivement......Si je m'emballe ainsi, c'est tout
simplement qu'à notre époque, l'enseignant est mis plus bas que terre. On a le droit de le traiter de fainéant (avec toutes ces vacances, que diable!), d'incompétent, de désagréable, violent,
irascible et même dangereux. On peut l'insulter, le menacer de mort et le frapper, sans qu'il soit toujours défendu par sa propre hierarchie. Mais rarement on le remercie d'avoir passé
du temps avec un enfant en difficulté au lieu de le laisser dans son coin, jamais on lui est reconnaissant d'avoir préparé un petit cadeau pour les mamans, organisé une petite fête , fêté les
anniversaires (ce à quoi il n'est absolument pas obligé) en plus de son travail. J'ai subi tout cela, me suis fait frapper et injurier par des enfants de 4 ans, menacer par des parents, traiter
de raciste parce que j'avais demandé d'arriver à l'heure. C'est parfois difficile pour certaines de rester souriantes, même si on aime son métier. Malgré cela, je n'ai jamais pensé que tous les
parents étaient agressifs, irresponsables et incompétents. Je sais bien que c'est le fait de quelques uns seulement . Peut-être qu'un peu de respect et compréhension des 2 côtés arrangeraient
bien des choses et permettraient de lutter ensemble contre ce système qui nous déplaît à tous pour le bien des enfants, car c'est à eux qu'il faut songer.


 Je pense que ce débat pourrait durer des siècles car nous resterons sur nos positions mais vous ne savez rien de moi ni moi de vous. Nos expériences sont différentes, pourtant je
garde, moi aussi, quelques rancunes envers des enseignants peu scrupuleux et dangereux . De là à penser que tout le monde fait la même chose!


Quand je parle d'école et d'instruction non obligatoire, c'est avant 6 ans et pas après, je l'ai bien précisé. Après 6 ans, effectivement, l'instruction est obligatoire, nous sommes bien
d'accord.


Moi aussi, je suis une adepte de l'école Montessori, pour l'avoir étudiée pendant ma formation mais après avoir reçu dans ma classe des enfants qui venaient de cette école, mon
opinion est plus nuancée maintenant. Du pour et du contre comme dans tout.

Plouf_le_loup 17/08/2012 14:18


Joséphine,


sur le fond, je ne suis pas certaine qu'on soit en désaccord. On est simplement pas du même côté du manche, et chacune dans sa position en sûrement trop pris plein les dents pour ne pas se sentir
très vite attaquée... (sans rire, c'est quand même le signe d'une société qui, globalement, va super mal hein, nos façons de réagir à l'une comme à l'autre :-( ).


 


Vos enfants ont été en danger, dites-vous, pourtant vous semblez ignorer que l'école n'est pas obligatoire, je suppose donc que vos enfants ont continué à y aller. Les miens ont failli en mourir,
si j'avais dû les y laisser je sais qu'ils en seraient morts (une enfant de 7 ans qui perd 20% de son poids en 2 mois lors d'une phobie scolaire, met plusieurs mois à ne plus faire d'anorexie et
presque 2 ans à resourire après avoir pourtant quitté l'école, je ne pense pas qu'elle aurait tenu le coup en devant y rester de force... et toutes les solutions avaient été envisagées, dixit la
psy scolaire, avec qui je suis d'accord, no comment sur ce qui s'est passé pour mon âiné, on est sur un blog public, j'en ai dit au-dessus largement plus que raisonnable dans ce contexte). 


 


Alors plus que du mépris que vous pensez y lire, j'ai une incommensurable colère envers le système et tous ces maillons qui encouragent et perfectionnent un système délétère et intolérant, et
ceux, à côté, qui se sont tus pour protéger leurs intérêts personnels (ce que je comprends au plan humain mais n'admettrai jamais côté dignité et responsabilité). J'avais un métier, que je
m'étais fait de toute pièce à partir de ma passion, toute la famille en vivait, alors non, je n'ai pas demandé à ce que mes enfants se fassent jeter de l'école prétendument "pour tous" (cette
blague !), je n'ai pas voulu être au foyer dans ces conditions de pauvreté et de précarité après avoir liquidé mon entreprise, j'y ai été contrainte par un système et des gens qui, non contents
d'avoir salement fait du mal à mes enfants, s'est contenté de les éjecter en s'en lavant les mains ensuite. J'ai beau avoir trouvé un système plus adapté, plus recpectueux et souple, qui permet
une plus grande culture dans notre cas (l'instruction en famille), je suis encore dans une rage folle envers ce système et ces gens qui le perpétuent chaque jour, dans la vraie vie quotidienne,
au mépris de l'avenir des enfants, et en faisant par ailleurs de beaux et grands discours complètement contraire à leur pratique réelle.


 


Pour autant, vous ne lirez nulle part de ma part que tous les enseignants sont nuls et que tous les parents sont parfaits comme vous avez prétendu plus haut que je le pensais. Il me semble que
là, vous projetez sur moi votre colère à vous (que je comprends aussi, d'ailleurs ça serait une idée aussi, une série d'articles sur ce que j'ai vu de la part de parents, quand j'étais
représentante FCPE et à d'autres moments, ça a parfois valu son pesant de cacahouètes !), et je ne le mérite pas plus que vous ne méritez le mépris.

Joséphine 17/08/2012 11:45


Je ne suis pas suffisamment compétente pour me faire juge des comportements inacceptables de certains collègues. D'abord, j'étais enseignante en maternelle et non en élémentaire ou au
collège, mais j'ai eu, moi aussi, des enfants qui ont fréquenté ces établissements. Je me suis maintes fois opposée aux enseignants de ces écoles qui déshonoraient la profession et moi aussi, mes
fils ont été en danger avec 2 d'entr'eux. Mais je savais que les autres collègues étaient sérieux et compétents et qu'il ne fallait pas généraliser.


Je me suis également opposée à certaines directives et "consignes" ministérielles. Bien m'en a pris puisque ma carrière en a souffert et ma retraite également, par la même occasion, mais
j'ai le sentiment d'avoir été en accord avec moi même. Je n'ai jamais supporté la politique de l'autruche de l'éducation nationale (sans majuscules) et contesté, comme la majorité de mes
collègues, le misérabilisme de leur formation. Je suis d'ailleurs allée me former ailleurs. Tout cela pour vous dire que j'ai vécu de l'intérieur ce que vous reprochez au système dans votre
discours. Heureusement j'ai vu aussi des choses formidables et des gens dévoués.


Mais vos propos sont à la limite du mépris pour les enseignants. Ce mépris de certains parents déçus, je ne le supporte plus, c'est tout, car je ne le mérite pas et la plupart de mes collègues
non plus. Je pourrais aussi vous raconter nos déceptions et nos colères face aux insultes, aux menaces et aux coups (oui aux coups) de certains parents, pour parfois une bagatelle, un gant
perdu, une remontrance.


Non ne me dites pas que tous les enseignants sont nuls et les parents parfaits. J'ai été enseignante ET parent d'élèves. Je sais AUSSI de quoi je parle.


Je ne sais pas ce qu'ont "subi" vos enfants puisque vous ne l'expliquez pas clairement. Mais s'il est question de handicap, sachez qu'aucun enseignant de maternelle ou d'élémentaire n'est formé
pour accueillir un enfant en situation de handicap. J'ai eu dans ma classe des trisomiques, spina bifida, autistes et enfants avec des handicaps moteurs et mentaux lourds sans jamais aucune
aide . Je dis bien AUCUNE aide (à l'époque on n'en parlait même pas). J'avais plus de 35 élèves en classe . A votre avis , comment s'en sort une jeunette de 20 ans?


je refuse votre constat qui est de mettre tout le monde dans le même sac(sauf UN, oui, je l'ai compris). Non, les mauvais enseignants ne sont pas majoritaires et si on les laissait enseigner
au lieu de leur imposer de la paperasserie à remplir, peut-être que le boulot serait mieux fait. Je vous invite à passer une semaine dans une classe maternelle, pas comme simple observatrice mais
comme éducatrice. Ensuite vous pourrez parler du métier. Pour le moment, vous avez le discours d'une maman aigrie et déçue. Je le regrette bien, croyez-le et face à cette hostilité, je comprends
mieux l'enseignante qui n'a pas envie de sourire. On a besoin du soutien des parents dans cette profession pas de leur opposition . Travailler ensemble pour le bien des enfants est essentiel


Je maintiens que l'école n'est pas obligatoire avant 6 ans et que votre enfant peut très bien arriver à 6 ans en maternelle -grands ou au CP sans avoir été "instruit" avant (Tout dépend du sens
que vous donnez au mot "instruit"). Mais il y a encore des enfants (ils sont rares) qui arrivent seulement à 6 ans à l'école et on ne leur réclame pas pour autant une instruction
préliminaire. Dans ces cas-là, les parents auront, je suppose,préparé l'enfant à la maison, mais aucune loi ne les y oblige.


 

Plouf_le_loup 17/08/2012 12:24



Joséphine, je crois que sur le fond, on n'est pas complètement pas d'accord...


 


L'enseignante qui ne sourit pas (et ne dit pas bonjour, et ne dit pas au revoir, etc.), c'était dans un contexte où je n'avais pas du tout cette hostilité que j'ai maintenant (j'ai même fait des
interventions, en tant que conteuse, dans sa classe, de manière régulière !), elle était humiliante systématiquement (punitions permanentes pour des pécadilles, genre pas de récré de la journée
si un coloriage lui déplaisait, interdictions fréquentes, comme celle d'aller aux toilettes, et j'en passe de bien pires, que pour beaucoup on n'a apprises que plus tard, sinon nos enfants ne
seraient pas restés dans ses pattes, vus les dégâts), tenait des propos rabaissants (genre brandir le dessin d'un enfant dysgraphique en braillant "je n'appelle pas ça un dessin mais du
gribouillage !"), etc. Vous avez le droit de la défendre, mais vu ce que vous dites de votre expérience, m'est avis que vous le feriez moins si vous la connaissiez en vrai...


 


Concernant la généralisation, bah, c'est ce que j'ai vécu, et en plus je m'oppose aux valeurs du système ! (suis une fan de Montessori) Je veux bien croire que je n'ai pas eu de bol (enfin
surtout mes mouflets !), qu'ailleurs la proportion est inverse (ouf !), mais là bah, ça s'est passé comme ça (cela dit, c'est en primaire et en collège que nous avons le plus galéré, en
maternelle, il n'y a eu qu'une seule enseignante vraiment dangereuse, les autres étaient surtout un peu obtuses, et les enfants "trop" -hp, dys, etc.- sont mal accueillis). Quant aux règles de
vie en société, il y en a, je les apprends à mes enfants, et curieusement, ça ne sont pas toujours les mêmes que celles qu'ils ont croisées à l'école.


Mon expérience n'est pas relatée ici parce que je l'ai déjà expliquée en long en large et en travers depuis des années, plus envie d'y revenir (désolée pour ceux qui n'ont pas lu avant). Disons,
en très gros, que mon grand a subi beaucoup, et qu'en entrant au collège, il a été harcelé par 3 autres élèves (poussé dans les escaliers, sur la route lors de sorties, vol de sa médaille de
baptême, "pièges" pour le faire punir, insultes permanentes, etc.), sans réussir à trouver comme se défendre. Nous avons demandé aux adultes d'intervenir, y compris par écrit, et la seule réponse
a été "oh c'est des histoires d'enfant, ça passera !". Oui, tout un ensembble de "pro" était complice (3 enseignants, le surgé, le principal, puisque tous étaient au courant et tenaient le même
discours de veule irresponsabilité). Ailleurs, il en aurait peut-être été autrement, je n'en sais rien, mes enfants n'ont pas remis les pieds à l'école et ça ne se reproduira pas tant qu'on
pourra faire autrement, ils vont beaucoup mieux ainsi.


 


Et je maintiens : l'école n'est pas obligatoire, ni avant ni après 6 ans ! Seule l'instruction l'est, à partir de 6 ans. Point. Il n'y a qu'à vérifier dans la loi, code de l'éducation, article
L131-2 ;) Mes 3 enfants (13, presque 12 et presque 5 ans) sont instruits en famille, sans école (ni présentielle ni à distance), et c'est un choix et une situation qui sont parfaitement légaux.
Et en accord désormais avec notre vision de l'école (pas seulement des enseignants qui la composent, nous avons plusieurs amis enseignants dont on connaît la valeur, mais même eux évoquent
l'impossibilité de pratiquer certaines valeurs dans le contexte actuel de la structure de l'école en France).



Joséphine 16/08/2012 16:37


Je suis effarée de vous lire, Mesdames!


Mais à quels enseignant(e)s avez-vous donc eu à faire pour en avoir une si piêtre opinion? J'en connais de mauvais (comme de mauvais parents aussi d'ailleurs), mais j'en connais de bons (comme
des parents également ) et je peux vous dire que ça ne se passe pas comme ça dans toutes les écoles.


Avez-vous déjà passé plusieurs jours dans une classe de maternelle avec 30 petits bouts, adorables certes, mais ayant chacun leur caractère. Il faut composer avec tous et c'est très difficile de
gérer une classe où les 30 enfants feraient tout à leur propre rythme, selon leur bon vouloir. A savoir "moi je ne veux pas sortir, je veux dormir, moi, je ne veux pas dormir, je veux sortir,
etc..."


Il y a dans toute collectivité des règles de sécurité, des règles de vie en société à respecter. Personne ne vous oblige à mettre votre enfant à l'école si vous n'êtes pas d'accord avec ces
règles puisque l'école n'est pas obligatoire avant 6 ans. Mais si vous avez choisi de le faire, ce n'est pas pour vous opposer systématiquement à l'enseignant(e) mais pour travailler en
association avec lui ou elle.


A votre avis, que pensera votre enfant de sa maîtresse ou de son maître ou encore de l'école en général quand il vous entendra faire ce genre de réflexion négative? Il pensera que l'école est un
bagne!


Je connais des enseignants qui ont à coeur de bien faire, qui passent des heures à chercher comment faire acquérir des notions à vos bambins tout en faisant en sorte que ce soit un plaisir, qui
restent plus longtemps avec ceux qui ont des difficultés , qui reprennent les exercices avec ceux qui n'ont pas compris, qui consolent, qui éduquent, qui leur apprennent la politesse ( eh oui, il
y a des parents qui ne le font pas) et les règles qui leur permettront de vivre en socièté plus tard sans se faire mettre de côté, qui règlent les conflits en interdisant toute violence, qui
surveillent pour qu'il n'y ait pas de bouc émissaire aux récréations, qui vont chercher celui qui s'isole et n'a pas de copains, etc......


Mais que savez-vous donc du métier d'enseignant? Peut-être que certains n'ont pas choisi de faire ce métier et que les vacances ont été le seul point attractif pour eux. Cependant, il en existe
beaucoup qui ont désiré faire ce métier, qui s'y sont donnés corps et âme pour que vos enfants acquièrent le maximum de connaissances, qui ont passé leurs dimanches à préparer le travail de toute
une semaine pendant que vous étiez en balade ou au jardin en train de barbecuter.


J'en ai assez que l'on prenne les enseignants pour des bêtes noires et que l'on reporte sur eux toutes les frustrations et les échecs subis dans l'enfance. Ils ne sont nullement responsables des
directives ministérielles débiles faites par des non-enseignants. Ils sont eux aussi notés, jugés, critiqués par leurs inspecteurs qui parfois n'ont jamais eu de classe et qui les obligent à
faire des choses avec lesquelles ils ne sont pas forcément d'accord.


Oui, les évaluations en maternelle sont stupides et inutiles. Elles mettent la pression aux enfants et aux parents sans apporter quoi que ce soit de positif. Mais si l'enseignant refuse de les
faire, il est sanctionné


Arrêtez de leur jeter la pierre et essayez de travailler avec eux et non contre eux. C'est de vos enfants qu'il s'agit, bon sang, et de leur avenir. Votre travail de parents doit venir
compléter celui de l'école et non le démolir. Vous êtes leur premier exemple!


PS: "tout se joue avant 6 ans" ne signifie pas que tout est acquis avant 6 ans, mais que les apprentissages qui auront eu lieu pendant ces premières années sont primordials  (la marche,
le langage, la motricité générale et la motricité fine). Ce qui ne veut pas dire que les retards ou erreurs ne peuvent pas être rattrappés par la suite.

Plouf_le_loup 17/08/2012 07:56



Bonjour Joséphine =^.^=


 


Un enseignant comme vous le décrivez, j'en ai rencontré UN pendant la scolarité de mes enfants, UN. Et c'était aussi le plus mal noté et le plus en conflit avec sa hiérarchie que j'ai croisé...
Alors oui, je crois que le ministère y est pour beaucoup (et depuis longtemps, vu que ça fait quand même quelques décennies qu'on s'enfonce dans l'échec tant scolaire qu'humain et qu'on re-signe
systématiquement), mais les choix individuels de comportement des enseignants ensuite aussi. 


 


Contrairement à ce que vous écrivez, l'école n'est pas obligatoire à 6 ans, seule l'instruction l'est. Ici, vous êtes sur un blog où on est bien placé pour le savoir, puisque l'attitude de
certains enseignants à fait que nous avons d'abord été obligés de déscolariser notre cadette pour lui sauver la vie (oui je pèse mes mots), après plus d'un an à essayer de trouver des compromis
et des solutions avec les personnels de l'EN (et quel temps perdu au final ! comme j'ai regretté d'y avoir cru et de leur avoir fait confiance !). Ensuite ça a été avec notre aîné, qui avant
avait eu la chance d'avoir 2 ans cet enseignant dont je parlais ci-dessus, et qui a subi le pire de ce qu'emploie l'EN en entrant au collège (et les bien-pensants, curieusement, n'étaient plus là
quand le traumatisme a nécessité ensuite de protéger ses soeurs et de le mettre un an sous neuroleptiques, bizarre comme les courageux en gueule se volatilisent vite hein, quand il faut avoir un
vrai courage quotidien et assumer ses responsabilités...), il n'est plus scolarisable (reconnu par la MDPH et le référent du secteur... no comment).


La benjamine ? Un essai, risible, on n'y reviendra pas vu les dégâts qu'une minuscule tentative ont fait. 


 


Alors oui, il existe des enseignants comme vous les décrivez, mais il faut déciller : ils ne sont pas majoritaires, quelle que soit la bonne volonté derrière. Malheureusement. 


Et franchement, quand on voit leur minable formation (j'ai cette formation hein, pas la peine de me dire qu'elle est performante, elle a un bon niveau générale mais elle est totalement
inapte à la fonction) et les conditions déplorables d'exercice qu'on leur impose, si il n'y a pas au départ des qualités qui sont déjà rares chez l'humain (et de plus en plus dans nos sociétés
consuméristes ultra rapides), ça ne peut que foirer...


 


Pour ce qui est de "tout se joue avant 6 ans", je sais bien que ça ne signifie pas que tout est figé, ma façon de le présenter était une caricature de provocation, parce que beaucoup de parents
et d'enseignants s'arrêtent manifestement au titre (je parle de ce qui transparaît dans leur pratique, hein, le blabla intentionnel ne m'intéresse pas, j'entends trop tout le monde se la jouer
tolérant au handicap, mais j'en vois trop peu pratiquer la tolérance, je juge sur les actes et les comportements désormais). 


 


Je suis désolée que vous ayez pris cet article pour vous, et désolée aussi que vous parliez qui comme si vous souhaitiez imposer une vision une et une seule des enseignants (ah cette solidarité
de corps... ça a beau être un réflexe, pour moi ça reste une absurdité !). Non, ils ne sont aps tous méritants, loin s'en faut ! 


Et je me fous que mes enfants ne respectent pas qui n'est pas respectable, vu qu'ils n'ont aucun problème pour respecter qui est respectable. A l'enseignante qui, en un an, a du répondre 2 fois
spontanément à son au-revoir quotidien quand ma fille d'alors 6 ans quittait sa classe (on devait rapeler l'enseignante à l'ordre régulièrement pour qu'elle réponde !! parlez-moi de politesse
enseignée à l'école tiens !), je me fiche qu'aujourd'hui ma fille réponde par un silence ou même un bras d'honneur si l'autre s'avisait de lui adresser la parole. En revanche, je n'ai pas à
intervenir pour qu'ils soient tous spontanément d'un grand respect (limite déférence pour tout dire) vis-à-vis du dernier enseignant primaire de mon aîné, qui fut un enseignant formidable (assis
sur le programme et les directives, on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs) et un humain digne de ce nom... 



LaMaman 07/08/2012 14:58


Bon courage! Valérie

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n