Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 08:50

livre_2012_03_adam_je-vais-bien.jpgL'histoire : Claire est caissière au Shopi de la rue des Martyrs, Paris. Sa vie est un peu fade, il faut dire qu'elle s'est comme figée quand son frère adoré Loïc a disparu... pfff, comme ça, du jour au lendemain, alors que Claire passait 5 jours chez sa grand-mère. Ses parents lui ont expliqué qu'après une dispute avec leur père, il est parti disant qu'il ne reviendrait jamais. De temps en temps, elle reçoit une carte, très courte. Un jour, elle décide de se rendre à Portbail, d'où a été envoyée la dernière...

 

Mon avis : un livre très court, très vite lu, agréable. Le personnage de Claire est attachant par son côté un peu perdu. Pour autant, je n'ai pas adoré ce livre, j'ai du mal avec l'écriture d'Olivier Adam (en revanche, on peut noter que pour ce premier roman, son écriture était déjà très affirmée, personnelle, et ça j'aime !). L'abus des phrases très courtes, presque télégraphiques, même assemblées par des virgules au lieu des points, dans des chapitres minuscules, même si ça crée un effet particulier voulu, pour ma part je m'en lasse. L'histoire est sympa, mais on devine facilement la fin dès le tout début...

Je me doute que tout le monde a déjà dû lire le livre et voir le film, ça n'était pas mon cas, et le peu de matière de l'histoire ne me donne pas spécialement envie de voir le film, même si j'ai bien aimé et passé un bon moment avec ce livre, je préfère rester dans cette ambiance très spéciale du livre, de l'imaginaire, au rythme de la vie de Claire, qui fait en fait toute sa saveur...

 

***

Feuilletons quelques extraits...

 

incipit : Claire claque la porte et tourne les clés.

 

Page 17 : Il reste juste deux clients avant lui, et le type la regarde fixement en marmonnant des trucs entre ses dents serrées, et qui le font baver un peu. Plus il avance, plus il parle fort, et plus il comprend qu'il l'insulte vraiment, qu'il la traite de salope et de petite pute. Voilà, c'est son tour, il n'a rien dans son panier. Claire lui dit bonjour, très doucement, avec un sourire, et l'autre con se met à gueuler, à vomir ses « grosse salope », « grosse pute », se met à taper comme un abruti sur la caisse en hurlant. Ses yeux sont vraiment pleins de sang, il est tout rouge et Claire pleure. Elle met ses bras en croix et protège son visage en se baissant un peu. Personne ne bouge, personne ne dit rien. Le vigile surveille les brocolis, les gens font tranquillement la queue, changent de file ou font mine d'avoir oublié le gruyère râpé avant de s'enfoncer à nouveau dans les rayons.

 

Page 18 : Vingt et une heure. Fermer la caisse. Claire a les yeux pleins d'étiquettes, la tête farcie de codes-barres.

 

Page 21 : Les autres étudient la littérature, le marketing, la finance ou l'histoire. Une d'entre elles demande à Claire ce qu'elle fait en vrai dans la vie. Claire répond caissière. C'est mon métier. Après ça personne ne lui adresse plus la parole, à part Nadia, qui lui demande comment elle va, lui fait des sourires, lui lance des regards.

 

Page 25 : Personne ne fait attention à personne. Chacun est bien trop occupé à faire impression.

 

Page 48 : […] ce que disait toujours Loïc à Claire, qu'il fallait partir, s'enfuir, quitter la France, qui sentait le renfermé, où on était à l'étroit, ou alors au contraire, s'y enfoncer pour de bon, sillonner, aller vers l'océan, trouver des racines là où on déciderait de les planter, s'inventer une vie, aller partout ou aller nulle part, puisque venant d'ici, de la banlieue parisienne, on ne venait de nulle part, on venait d'un no man's land et que tout restait à bâtir.

 

Page 93 : Nous sommes des monstres de nostalgie, disait Loïc.

Un jour, dans ses notes, Claire a trouvé cette phrase : « Quand j'étais petit j'étais déjà nostalgique, mais de quoi? »

 

page 111 (elle regarde des photos) : Il y a pas mal d'enfants aussi, des enfants dont émane une nostalgie immense. Non, c'est de nous qu'elle émane cette nostalgie. C'est ça. Antoine photographie l'enfance plus que les enfants, et de cela provient la nostalgie.

 

Page 112 : - Ca t'arrive de finir tes phrases ?

- Non, pas récemment...

 

page 138 : C'est juste que j'adore les enfants. C'est que, quand je les regarde, comme ça, jouer dans un parc, ou dormir, ça me lave.

 

Pages 163-164 : C'est toujours dans ces moments que, sans raison, les larmes lui montent aux yeux sans jamais en sortir. Que l'idée de se donner la mort se fait plus précise, aguicheuse, raisonnable. Et c'est ce qui le fait tenir. L'idée que s'il ne tient pas, s'il n'est pas à la hauteur, si on vient l'engueuler, pfuit, il se barre. La lâcheté lui donne un peu de courage.

 

***

 

Je vais bien, ne t'en fais pas, Olivier Adam, 1999, 186 pages

Partager cet article

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Nico 03/06/2012 20:40


Je trouve pour ma part que le style de l'auteur est inexistant. L'histoire est sans intérêt, on s'ennuie, et il n'y a aucune nuance, aucun humour. Aucun, mais vraiment aucun intérêt de mon point
de vue.

edith 30/03/2012 19:31


Bonjour, je suis d'accord avec vos amies : le film est mieux que le livre, ne vous en privez pas.

pyrouette 30/03/2012 17:57


Je n'ai pas lu le livre mais j'ai vu le film que j'avais bien aimé.

Iza 29/03/2012 15:59


Ni lu le livre, ni vu le film. J'ai lu "Falaises" d'Olivier Adam et j'en ai gardé l'impression d'une lecture totalement déprimante même si bien écrite. Du coup, je n'ai pas envie d'aller voir ce
qu'il a écrit d'autre.

Plouf_le_loup 29/03/2012 16:38



J'avais lu de lui "A l'Abri de rien", et je m'étais ennuyééééée ! J'avais trouvé ça tartissime ! Du coup comme tout le monde en fait un flan terrible (en vrai c'est une histoire de cuisine, donc
! lol), je m'étais dit qu'il falait que j'en lise un autre, histoire de se donner une chance...



Delphine L. 28/03/2012 17:20


"Tu seras mon fils", ce n'est pas gai du tout par contre (par rapport à la légèreté d'Intouchables...). Mais effectivement excellent !

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n