Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 18:22

livre_2011_02_huston_lignes_de_faille.jpgQuatre voix, quatre époques, quatre histoires, quatre douleurs d'enfants, quatres rapports au monde... dans une seule famille. En 2004, Sol a 6 ans ; en 1982, Randall (futur père de Sol) a 6 ans ; en 1962, Sadie (future mère de Randall) a 6 ans ; en 1944-45, Kristina (future mère de Sadie) a 6 ans... Voilà les quatre narrateurs/trices successifs de cette saga familiale qui remonte le temps. Chacun dans sa souffrance indicible et avec son courage d'enfant, chacun avec les codes sociaux et éducatifs de son époque, raconte sa vie à ce moment charnière de sa vie, la façon dont elle bascule. Les liens se font alors dans l'esprit du lecteur, les histoires s'éclairent d'un jour nouveau, celui du passé. En fermant ce livre, on a presque envie de le reprendre au début, pour revoir le film avec notre nouveau savoir, celui de l'histoire familiale...

 

Excellentissime livre, même si parfois un peu caricatural. Le raccourci tacite me semble discutable du Lebensborn de l'arrière-grand-mère au petit gars d'aujourd'hui, perdu entre ses parents qui se voilent la face et un Internet abject omniprésent et obsédant. On commence avec une famille moderne caricaturale, peuplée de gens sourds et aveugles les uns aux autres (ce qui ne les empêche pas d'être parfois dévoués), la petit-fils plongé trop jeune dans le pire émotionnel, le père insipide fou d'armement et de guerre qui a épousé une fervente partisante de la non-violence qui n'y a pourtant rien compris, la grand-mère hyperactive, faussement généreuse et rigide derrière ses oeillères, la fascinante arrière-grand-mère libérée et profondément égocentrique... Caricatural ? Un peu. Outrancier ? Oui, toujours, mais aussi toujours crédible, et c'est bien là qu'on s'embarque dans cette histoire qui mêle roman et vraie histoire (celle des enfants volés de la guerre), quête identitaire et petits évènements, grande Histoire et instantanés de vies ordinaires...

 

Et tout y est : l'émotion, les récits, l'intimité, la personnalité marquée de chaque enfant, le style approprié à chaque voix, la construction redoutablement efficace, des anecdotes et les détails qui font le lien d'un récit à l'autre, et une énorme symbolique autour du rapport de chacun à son grain de beauté congénital, qui passe de l'un à l'autre sans signifier la même chose et reflète tout un rapport à la vie, au monde, et la place de chacun dans l'histoire familiale... Un livre véritablement exceptionnel !

 

*******

feuilletons ensemble quelques extraits...

 

pages 15-16 : Je sais qu'Il a de grands desseins pour moi, sinon Il ne m'aurait pas fait naître dans l'Etat le plus riche du pays le plus riche du monde, doté du système d'armement le plus performant, capable d'anéantir l'espèce humaine en un clin d'oeil. Heureusement que Dieu et le président Bush sont de bons amis. Je pense au paradis comme à un grand Etat du Texas dans le ciel, avec Dieu qui se balade sur son ranch en Stetson et en bottes de cow-boy, vérifiant que tout est sous contrôle, canardant une planète de temps à autre pour s'amuser.

 

page 45 (il parle de sa grand-mère) : Je ne daigne pas lui répondre. Elle me dérange, elle enraye la circulation de mes pensées, j'ai envie d'attraper une télécommande et de l'éteindre.

 

page 196 : Le monde n'est pas exactement le même quand chaque objet a deux noms différents ; c'est bizarre de penser à ça.

 

page 205 : Ca, c'est le Liban. Une guerre y fait rage en ce moment. Reagan et Begin ont envoyé des troupes pour se joindre à la mêlée. Ca s'appelle des forces de maintien de la paix, parce qu'il faut garder son sens de l'humour.

 

page 260 : "Jack, il y a certaines choses dont je peux me passer. Le chant n'en fait pas partie. toi, si."

 

page 266 : Chaque jour a son parfum de tristesse bien à lui [...]

 

pages 315-316 : C'est dur de se réveiller le lundi matin et de se rendre compte qu'il reste encore cinq jours d'école à tirer avant le week-end et de ne pas non plus avoir hâte d'arriver au week-end.

 

pages 331-332 : En les écoutant je repense à cette idée de théâtre et me demande si au fond les gens ne passent pas leur temps à jouer des rôles, non seulement lors des mariages mais tout au long de leur existence : [...] peut-être qu'au fond d'eux-mêmes ils sont tous quelqu'un d'autre mais, ayant appris leurs répliques et décroché leurs diplômes, ils traversent la vie en jouant ces rôles et ils s'y habituent tellement qu'ils ne peuvent plus s'arrêter.

 

page 372 : Grand-père a acheté deux petits moulins à vent, une pour Greta et un pour moi, ils ont de petites ailes multicolores et quand on court en tenant le bâton ça fait tourner le moulin et plus on court vite plus ça tourne vite et si on court dans le vent ça tourne tellement vite que les couleurs se mélangent et parfois je réfléchis tellement vite que mes pensées se mélangent aussi.

 

**********

Lignes de faille, Nancy Huston, Prix Femina 2006, 484 pages

Partager cet article

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article

commentaires

zazimuth 07/02/2011 19:44



ça m'avait bien plu mais ne m'a quand même pas trop marquée. Sans doute des préoccupations qui étaient trop éloignées des miennes à l'époque où je l'ai lu (j'étais toute jeune étudiante).



zazimuth 06/02/2011 19:34



A noter alors... De cet auteur je n'ai lu que La Virevolte.



Plouf_le_loup 07/02/2011 14:09



Et ça t'a plu ? Je pensais emprunter bientôt (jen ai 3 autres à lire avant que j'attendais tous depuis longtemps...) celui qui est sorti il y a peu, la biblio où je suis bénévole l'a acheté =^.^=



Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n