Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 10:42

Question qui semble anodine, s'il en est... Et pourtant !

C'est un sujet dont nous avons parlé avec Valérie-LaMaman depuis hier sur son blog (dans les comm.).

Pour le prénom, elle comme moi avons eu dans notre famille, dans les générations passées, des gens portant en prénom d'usage un 2ème ou 3ème prénom, c'était une pratique très courante dans la première moitié du XXème siècle.

Pour ma part, j'ai aussi croisé en fac plusieurs personnes dont le prénom usuel n'était pas celui inscrit à l'Etat civil. D'ailleurs, nous avions un jour travaillé en classe sur le sujet (ça devait être en licence, lors d'un travail sur la valeur et l'image de l'identité et de l'identification dans la littérature), et le prof disait que quand il posait la question, c'était toujours surprenant de voir, dans une seule classe prise au hasard ainsi, le nombre de personnes qui avaient modifié ou souhaiteraient modifier leur prénom d'usage. Et le fait est que ça m'avait marquée, surtout ceux qui avaient déjà sauté le pas ! (et d'autant plus qu'une des personnes qui utilisaient un autre prénom que l'officiel avait choisi de se faire appeler Sabine, qui est mon vrai prénom ! bref...).

 

Pour le nom, c'est moins courant apparemment, et c'est un thème qui éveille parfois la curiosité quand on apprend que je me sers peu de mes "noms légaux", alors que j'utilise couramment un pseudonyme (qui n'est autre que mon second prénom à l'état civil, non mais j'allais pas en plus me fouler à chercher une idée originale, non ?!). Je remets donc ici et complète ce que j'ai écrit dans ses comm. =^.^=

 

En fait, ça date de l'époque où monsieur Plouf et moi étions séparés. Avant, je n'aimais pas utiliser ces noms (celui de mon père avec lequel l'histoire est compliquée à cause de mon grand-père ; celui de mon mari... je n'aime pas l'idée féodale que cela implique, je préfère les manières italiennes où chacun garde son nom de naissance dans le mariage, cela dit ça n'a pas toujours été le cas, plus jeune j'étais fière de porter le nom de mon mari, d'autant plus qu'il sonne très exotique à mes oreilles franchouillardes puisqu'étranger... enfin bref !), et pendant la procédure de divorce, je me suis dit que je n'avais envie ni de garder le nom de mon futur-ex-époux (qui finalement l'est resté, m'enfin ça c'est une autre histoire ! lol) ni de reprendre celui de mon père. Donc j'ai utilisé mon second prénom (j'ai la chance d'aimer mes 2 prénoms) comme un nom, ainsi que je le faisais depuis longtemps dans le cadre professionnel (pour des raisons de tranquillité et de protection puisque j'étais exposée au public et à une certaine micro-notoriété), et c'est resté parce que je me suis rendu compte à l'usage que ça me convenait très bien. Et du coup je n'utilise les autres "vrais" noms que dans le cadre administratif ou quand les gens connaissent le nom de mon mari ou mes enfants, parce qu'alors il arrive que ça soit plus pratique... Mais je ne les ressens pas "miens", mon nom à moi, c'est le mien, celui que j'ai choisi, celui qui me colle, celui que je signe. Jusqu'où va se nicher l'individualisme, hein ! lol ! Sans rire, je trouve que la question de l'identité est fondamentale, et dans mon cas, l'appropriation du nom a fait partie, comme les tatouages (j'en ai 4, j'en aurais au moins 2 de plus si mes moyens me le permettaient), du précessus vital de construction et surtout de re-construction de soi (je n'entrerai pas dans les détails des raisons qui ont mené là).

Ce qu'il faut savoir, c'est que c'est parfaitement légal d'avoir un nom d'usage différent de ses noms d'état civil, mais que pour ça comme pour d'autres choses, la mode administrative n'est pas à la liberté ni au respect des libertés, encore moins à la souplesse d'esprit ou à la pluralité ou diversité de pensée, quelle que soit la loi derrière, et je me suis déjà trouvée face à des fonctionnaires bouchés de chez bouchés... Qui refusent d'inscrire le véritable nom d'usage à la ligne pourtant réservée à cela sur certains papiers et décident unilatéralement que mon nom d'usage est mon nom d'épouse... Pourtant, même ma signature (partout : carte d'identité, banque, etc.) ne reprend ni mon nom de naissance ni mon nom d'épouse, mais uniquement mon pseudonyme et mon prénom... C'est un exemple parmi d'autres.

 

Partager cet article

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article

commentaires

Dorsi 10/06/2011 16:01



Moij'aime bcp mon nom et je ne le changerais pas pour le nom de mon ami en plsu je trouve ça débile ce changer de nom qd on se marie comme si c'était une vente de marchandise, on transfère le nom
du propriétaire. Par contre, je n'aime pas trop mes prénoms : Sandrine parce que en classe on était toujours 3 ou 4 à avoir ce prénom et mes 2 autres prénoms sont les prénoms de mes grands
mère et j'avais le droit à des moqueries à chaque fois !!! Concernant les prénoms, certains enfants devraient coller un procès à leurs parents pour leur avoir donné le prénom. Franchement ils
pensent à quoi qd ils appellent leurs enfants comme : Pepsi, Lionel Jospin, etc



Marihan 08/06/2011 12:27



Vaste sujet que celui là et passionnant, qui a beaucoup avoir avec le rapport que nous avons à notre famille. Moi j'ai toujours eu du mal avec l'idée de mariage pour ne pas perdre mon nom,
sûrement par amour pour mon père, comme quoi on est toujours assujetti à un homme dans l'histoire, enfin pour nos générations en tout cas. Ma première fille que j'ai eu fort jeune, a été reconnu
par son père. Elle ne l'a hélas pas revu depuis ses 6 ans, et elle préfère utiliser mon nom pour signer, mais je crois que c'est quand même important que cette reconnaissance soit effective, ne
serais ce qu'au yeux de la loi. Pour le prénom, faisant de la généalogie (je le recommande à tout le monde c'est très instructif pour savoir ce qui nous construit) je me suis aperçue que ma
lignée parternelle d'origine Limousine n'en utilisait qu'un depuis des générations, c'est curieux car comme tu le disais on adjoignait souvent les prénoms des aieuls ou des parrains/marraines, ce
qui est le cas de ma lignée maternelle. Mais mes parents ont effectivement choisi de ne nous donner, à mes frères et moi, qu'un prénom, enfin ils ont un peu triché pour un de mes frères et moi,
nous avons un prénom composé. Le mien est ultra catho et vieillot, mais je fais avec. Pour mes filles j'ai choisi le même procédé, un prénom. Mais pour moi pas question de choisir un prénom mode
(style cerise, je connais une fille qui a appelé sa fille comme ça, la petite se fait appeller  groupe ama à la récrée, sic !), c'était très important pour moi de les inscrire dans une
histoire et j'ai choisi des prénoms chrétiens, bien que j'en suis rendue à être agnostique, mais en prenant soin de choisir des figures de femme forte et prospère, ce que je souhaitais pour leur
vie, mais surtout pas entachés d'hémoglobine (pas facile !). Les parents projètent forcément leurs idées ou idéaux dans le choix du prénom de leurs enfants. Enfin, depuis internet la protection
de son identité devient primordiale, et lorsque je signe des articles pour mon assoc de défense d'animaux préférée, j'utilise le nom de ma arrière grand-père, soldat américain de la première
guerre mondiale, so romantique !



mère à la noix 06/06/2011 11:06



Pour ma part j'ai très vite, dès 13-14 ans, refusé de me faire aimer, par les petit-amis , puis par mon mari, sous mon prénom usuel. J'ai toujours voulu que la distinction de
mon moi social de mon moi sentimental se fasse aussi par le prénom utilisé par les autres pour me nommer.


Des gens qui ont dit m'aimer m'ont fait du mal, du mal qui relève du pénal ... C'est un classique : quand on ne veut plus être la personne qui a vécu des saletés, on change de nom,
de prénom, pour avoir l'illusion d'être une autre personne , d'avoir laissé la douleur et les traumatismes avec le prénom ... 


Pour punir ma mère de non-vigilance à mon égard, je lui interdis de m'appeler avec mon prénom sentimental. Cela relève un peu de l'enfantillage, mais c'est ma manière "douce" de lui
montrer que je lui en veux... Pas sûr qu'elle ait saisi ... Peu importe.


Cela m'interesserait d'apprendre que des ethnies pratiquent le choix du prénom propre ... lors d'un rite initiatique ... Est-ce que les Indiens d'Amérique ne procédaient pas ainsi ?



Plouf_le_loup 06/06/2011 19:54



Ah oui c'est drôle cette distinction de prénom... vraiment particulier. C'est encore plus intime, vraiment personnel, le prénom...


 



Violaine 05/06/2011 22:08



Waow.... chuis pas sûre d'avoir tout tout pigé ... mais en tous cas ça sonne fort dans la tête de la fille qui a fait
il y a peu le chemin de laisser tomber son pseudo pour réinvestir son prénom... (c'est moi ça !)



Plouf_le_loup 06/06/2011 19:51



Ah oui dans ce sens-là aussi, ça signifie tellement !



Catherine 05/06/2011 21:01



Dans certains pays, tu t'appelle "machin fils de truc" et tes gamins sont "bidule fils de machin"


Dans d'autre, c'est la lignée de la mère qui prédomine, ce sont elles qui transmettent le nom d'usage


Et chez nous, maintenant, tu peux garder ton nom de jeune fille et c'est l'homme qui dans le mariage, a le choix d'adopter le tient ou de garder le sien, t'es plus obligé de prendre
systématiquement le nom de l'homme ou d'avoir un machin composé....


Par contre, à moins d'être hyper célèbre (style Jonny H) ta carte d'identité est à ton nom "officiel" et pas au nom d'usage, qui peut être un speudo ou un autre prénom.... Et l'administration est
casse bonbon de ce côté là ! et pas qu'un peu


Pour ce qui est de mon prénom, il est à trois traits d'union, les parents et grands parents ayant trouvé que ce moyen de se mettre d'accord, personne voulait passer en deuxième position, après la
virgule ! (du con)


Le quatrième, est un surnom dont on m'a affublé à l'époque où cher et tendre n'était pas à la maison : parait que j'ai énormément de point communs avec la femme d'Ulysse !


Le Cath m'a posé problème dès le primaire, à être 18 en classe sur 29 à le porter, la prof nous appelais par le nom de fammille, du coup on me surnommait la "boch" because le nom de famille
justement !


Bref, foutoir sur toute la ligne..... mais en prenant de l'age, j'ai peut être gagnée en sagesse, en tout cas, je suis ce que je suis, et j'en suis fière


Question en passant, les gamins s'intéressent aux timbres ????



Plouf_le_loup 06/06/2011 19:51



Juste pour la carte d'identité : c'est vrai que le nom d'usage ne peut plus y figurer à moins d'avoir el bras long. C'est un détail de plus de nos pertes de libertés... Alors que franchement, à
qui ça ferait mal ?


Pour ma part, j'ai du bol d'utiliser mon prénom, du coup à La Poste ils me donnent quand même les recommandés à ce nom-là (bah oui, beaucoup de ce qui n'est pas officiel est à ce nom... donc le
courrier aussi, en partie !).



Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n