Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 05:25

Il y a tout juste 50 ans était ajouté aux Droits de l'Homme un texte important sur la nécessité de l'instruction.

 

Qu'avez-vous aimé à l'école ?

 

christmas-spirit_boule.jpg

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 19:00

 


vidéo trouvée ici : http://gigistudio.over-blog.com/

 

gros fou-rire contagieux chez nous...

 

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 18:58

Ca faisait quelque temps que je promettais à PrincesseO de faire des coquillettes, alors hier on s'y est collées.C'était délicieux, j'ai oublié de faire des photos (en même temps, des pâtes c'est des pâtes, hein ! même des coquillettes trèèèèès longues !)

Et comme la machine à manivelle l'a bien amusée (ainsi que MissPapillon), on a remis ça aujourd'hui, mais... pour faire des biscuits sablés !!!

Par MissPapillon :

miam_2010_12_13_sables_coudes_rayes.jpg

Par PrincesseO, des spaghettis qui se sont collés à la cuisson ('tachion la cuisson, c'est tout fin ça va vite pioufht !) :

miam_2010_12_13_biscuits_spag.jpgJ'ai trouvé ça marrant comme mise en forme, et c'est bon tout pareil =^.^=

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 08:32

Qu'écoutez-vous en voiture ?

 

Salut Raoul ! Qu'est-ce que tu fais là ?

 

Qu'est-ce que la confiance ?


 

monday-killer.jpg

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 05:25

On dit que les chants de Noël tirent leur origine des chants des anges au-dessus de l'étable où naquit Jésus...

 

Quelle chanson vous trotte dans l'esprit présentement ?

 

chants-noel-enfants.gif

Repost 0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 10:04

Bon, le jeu a eu l'air de vous amuser, alors je continue. Cette fois j'ai pris une photo de près, sous un angle un peu particulier (en contre-plongée) et en plus d'un objet peu courant (comme ça au moins vous avez des indices)... mais qu'est-ce ?

 

mystere_2010_12_12.JPG

Repost 0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 08:59

livre_2010_12_desarthe_dans_nuit_brune.JPGTout commence avec la mort d'Armand, l'amoureux de Marina, 17 ans, la fille de Jérôme. Armand et Marina, si amoureux, si heureux, si... parfaits ! Et cette mort étrange qui secoue ou réveille quelque chose en Jérôme...

Jérôme et son ouverture à lui-même sont le vrai sujet de cette histoire. Enfant trouvé dans les bois quand il a environ 3 ans, il ne sait rien de son histoire, pas plus que celle de ses "parents", ceux qui l'ont recueilli et élevé... Mais la rencontre avec Alexandre, un enquêteur de police en retraite, pourrait changer bien des choses...

 

J'aime l'écriture d'Agnès Desarthe, je dévore ses livres que je trouve sensibles et pudiques, fondamentaux et aériens. Celui-ci n'échappe pas à la règle. Mais comme souvent après ses livres, j'ai un sentiment d'inachevé, je ne sais pas pourquoi. Comme une promesse qui n'aurait pas été tenue... Peut-être parce que ce livre s'achève là où on ne l'attend pas. Il y a une énigme policière, qui pourrait être la clé du dénouement, mais non, cet aspect-là finit le bec dans l'eau, sur une impasse peu crédible, comme éjectée, évacuée par manque d'intérêt, fallait s'en débarrasser (cela dit, c'est le cas dans l'histoire, mais ça laisse comme un goût d'abandon à la lectrice conformiste que je suis de toute évidence, vue ma réaction). La "révélation" finale, que la narratrice nous fait trop miroiter je trouve, est ailleurs, pas inintéressante, mais  un peu surprenante et décevante par son intensité, et invite à une réflexion identitaire sans spectaculaire... Comme un livre d'Agnès Desarthe ! L'intérêt est dans les personnages, leurs réflexions, leurs faiblesses, leurs fêlures secrètes qui ne les empêchent pas de tenir debout et renvoient chacun à ses émotions fondamentalement humaines qui viennent se greffer sur sa propre histoire unique... Dans l'histoire extradordinaire que chacun de nous et chacun de ses personnage porte en lui, cachée derrière l'apparente banalité. On effleure un peu cette facette de chaque personnage qu'elle nous présente, et chacun pourrait être le sujet d'un roman, une autre vie croisée, tangible, crédible, passionnante et presque réelle déjà...

 

Un seul vrai bémol, en marge de ce qu'est le livre fondamentalement : la correction est à chier. Peu de fautes mais il manque des mots à pas mal d'endroits, je ne dis pas bravo aux Editions de l'Olivier qui ont manifestement rogné sur leur budget correction et nous ont habitués à mieux en qualité de publication...

 

ooOOOoo

 

quelques extraits

 

page 14 : Il les revoit, Marina et elle, quand elles avaient sept ans. L'une posait sa tête sur le ventre de l'autre et disait, "Je t'aime aprce que tu es confortable" et l'autre répondait, "Je t'aime , parce que tu dis toujours des gentillesses." Il trouve que ce sont deux très bonnes raisons de s'aimer.

 

page 17 : Jérôme avait pensé : S'il veut devenir paysagiste, il ferait bien de réfléchir deux minutes. On ne plante pas un parterre pile devant une porte.

 

pages 98-99 : Des phrases lui viennent, concernant la difficulté à vivre avec les femmes, le combat que cela représente, les sentiments que l'ont doit sans cesse manifester, les pauvres petits jeux de séduction, et puis après : la maison de poupée, faire les enfants. Les faire, ça oui d'accord, le feu d'artifice, la fierté, les superpouvoirs, mais ensuite, comme on se sent retranché, ralenti, avec ces tâches répétitives, ennuyeuses, sans fin. [...] Vouloir un enfant, qu'est-ce que ça pouvait signifier ? Les enfants vous viennent et puis voilà, on ne devrait pas poser la question.

 

page 100 : Jérôme avait songé qu'il faudrait changer quelque chose, que la vie pouvait sans doute être plus plaisante. Mais il n'avait pas trouvé comment s'y prendre.

 

page 136 : Jérôme tente de se représenter sa propre mort. Cela n'a aucun sens pour lui. Je suis vivant, se dit-il. Il bute là-dessus. il se heurte à la vie. Ne peut voir au-delà. Je ne mourrai jamais, songe-t-il. Jusqu'au jour où je mourrai quand même.

 

page 137 : Le temps s'arrête puis repart, très vite, en arrière [...] Les automnes viennent mourir dans les étés qui, à peine changés en printemps, se figent en hiver.

 

pages 161-162 : Si Jérôme n'a rien compris, c'est parce qu'on l'a empêché de comprendre, et si on l'a empêché de comprendre, c'est parce qu'on a jugé que la vérité était intolérable. C'est le mythe de l'imbécile heureux, de l'ignorance comme voie d'accès rapide et sûre au bonheur. On l'a protégé parce qu'on l'aimait. On a préféré qu'il soit idiot plutôt que malheureux. alexandre était touché par cette sollicitude, mais l'expérience lui avait appris qu'au bout d'un certain temps, les choses se retournent et qu'on finit par éprouver, en retour, le malheur d'être idiot.

 

page 210 : Les gens ont beaucoup d'idées préconçues. ils sont méfiants, ils veulent avoir raison, ils ont peur d'être dupes. si je parle de la bonté d'Armand, on me répondra qu'il était idiot, si je parle de sa beauté, on me dira qu'il était vaniteux, si je parle de sa politesse, on me dira qu'il était faux, si je parle de son courage, on me dira qu'il était prétentieux. Alors je ne dis rien. Si les gens ont besoin de croire que les humains sont minables, n'agissent que par intérêt et que la lâcheté est la chose au monde la plus répandue, je les laisse faire. Ca m'est égal. Moi, j'ai connu l'amour et je les emmerde.

 

ooOOOoo

Dans la Nuit brune, Agnès Desarthe, 2010, 211 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 05:25

Quelle est votre période historique préférée et pourquoi ?

 

winterfantasy.jpg

Repost 0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 13:00

S'il y a bien un jeu incontournable chez nous, c'est le UNO ! Facile à trimballer d'une pièce à l'autre, on joue par terre, sur le canapé, partout ! Et on peut y jouer, en simplifiant au maximum les règles, dès 2 ans-2 ans 1/2, en fait dès que l'enfant connaît les couleurs. Puis progressivement, on introduit les règles, on complique le jeu... Et là, plus de limite d'âge !

Les deux filles sont fans (bon, le gars on n'en sait rien, vu qu'il ne veut même pas essayer par principe, les filles étant fans, justement...), la maman aussi !

jeux_2010_12_uno.jpg

*********

 

Dans la même veine, et pour les plus jeunes, PrincesseO et moi (monsieur Plouf aussi je crois bien, ce qui est exceptionnel vu qu'il n'aime pas tellement les jeux) aimons beaucoup le Cocotaki.

jeux_2010_12_cocotaki.jpgDes cartes de même taille qu'au Uno mais moins complexes (pas de cartes exception) et qui ne glissent pas en main, des règles vaguement parentes, avec des animaux dont on peut imiter les cris ou les attitudes en jouant. Marrant, même si parfois ça déconcentre un peu, vu que c'est pas facile de gérer à la fois faire l'andouille et jouer en respectant certaines règles (ça c'est le défaut des jeux modernes démago et opportunistes, m'enfin là ça ne prend pas des proportions pénibles)...

 

**********

 

Dans la série des jeux avec des animaux, nous en avons découvert un depuis 2 semaines, un vraiment extra : le Nino Conillo. Il pleut beaucoup, le terrier va être inondé, il faut sauver les lapins en les faisant sortir !

jeux_2010_12_nino_conillo.jpg

Avec un dé de couleurs, chacun joue à son tour et aide les lapins à sortir. Ce que j'aime : on peut facilement en faire un jeu de coopération, mais on peut aussi jouer l'un "contre" l'autre, la règle est très simple et positive, les pions sont agréables à toucher (bois peint et feutrine), juste à la bonne taille pour les enfants, l'allure des lapins est carrément craquante (limite trense pour PrincesseO qui les voulait tous pour elle, au début, et refusait de les mettre dans le terrier ! lol). Seul bémol : le plateau de jeu, intégré à la boîte, est en carton tout fin (genre du 160g), alors autant dire que les escaliers ne tiennent pas le coup longtemps (on l'a emprunté en ludothèque)...

 

***********

 

Essayé aussi récemment : le Ludamino. Des grosses pièces en carton fort, de plusieurs tailles, carrées, cylindriques, triangulaires, des animaux en plastique souple, un dé. Une règle qui propose 3 jeux, intéressants. Faire des empilements d'équilibre, cacher des animaux et jouer à deviner où ils sont en fonction de ce qu'indique le dé-animaux, faire un chemin et raconter une histoire... On peut aussi inventer une foule de jeux ! J'ai bien aimé, mais pour moi c'est plus un matériel qu'un jeu de société à proprement parlé, et même s'il est extra pour jouer, il a ce défaut d'être en papier (mal) collé sur du carton... (désolée pour l'image, je n'ai pas pensé à prendre de photo)

jeux_2010_12_ludanimo.jpg

Ils indiquent ce jeu pour les 3 ans et +, je l'aurais plutôt c onseillé comme matériel à manipuler dès 18 mois, voire avant, même si les règles ne vont s'installer que vers 3-4 ans évidemment, mais je ne suis pas convaicnue que les règles soient le point fort...

 

***********

 

bon, par acquis de conscience je vous parle aussi de Saute-Tigrou, allez !... (encore une photo du net, j'ai oublié d'en faire)

jeux_2010_12_saute_tigrou.jpg

Un Tigrou de plastique est planté sur une tige, on l'emboîte, on enclenche le ON, et on essaie de placer un maximum d'objets sur Tigrou. Quand c'est trop lourd, il saute en l'air et envoie tout valdinguer. Un classique, sous forme Tigrou ou d'autres. Bon. C'est assez amusant tant que ça fonctionne et que le Tigrou perçoit correctement la lourdeur dont on le charge... Le gros atout de ce type de jeu est qu'on peut y jouer seul, des fois ça soulage ! Plutôt réussi, celui-ci, dans le genre =^.^=

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Jeux
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 05:25

Quelle est l'insulte (gros mot ou pas) qui vous amuse le plus ?

 

dsc00335

Repost 0

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n