Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 22:05

mosaic_2010_09.jpg

 

mosaic_2010_10.jpg

Repost 0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 23:32

pfff je ne sais plus faire grand chose d'autre que du miam et des bidouilles... C'est dire si ma vie est toute plate, toute ennuyeuse...

 

Des chips de carotte (un peu trop cuites), histoire d'essayer, et d'après une idée chipée à Sarah et déformée, puisqu'elle me parlait de chips de navet.

Verdict : mouais, bof, m'enfin tout a été mangé quand même (PrincesseO a beaucoup aimé, elle) :

miam_2010_11_03_chips_carottes.JPG

 

Et une petite peinture pailletée : bidouille_2010_11_peinture_souffle.jpg

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 22:46

2010_11_02_peinture.jpg

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 20:26

livre_2010_11_everett_desert_americain.JPGTheodore Larue, professeur d'université un peu terne, époux vaguement minable et père transparent (du moins sont-ce ses impressions), est en route vers son suicide quand un accident de voiture le décapite. Propre, net et sans bavure, sa femme n'identifie que sa tête, bien à part du corps. Bref : selon toute vraisemblance, Ted Larue est mort. Mais pendant ses funérailles, il se redresse soudain dans son cercueil, se lève, se débrouille pour découdre les points qui lui ferment la bouche (en gardant bien entendu en place ceux qui relient grossièrement sa tête à son corps), et parle. Puis repart chez lui avec femme et enfants, au milieu d'une émeute... Est-il vivant ou mort ? Nous le saurons vite... Sans rien comprendre, car ce "détail" est le seul qui ne soit pas réaliste.

 

A partir de ce début pour le moins original, Percival Everett nous emmène pour une petite balade dans le désert américain... Désert au sens propre, à la frontière duquel se passera une partie de l'histoire... et surtout désert d'une culture à la dérive où chacun (en particulier profs d'université petits-esprits, journalistes déshumanisés, badauds moutonnants, fanatiques religieux illuminés, scientifiques cyniques qui ne le sont pas moins, militaires insignifiants) se fera égratigner d'autant plus cruellement que c'est avec un réalisme saisissant, pas du tout caricatural. On imagine en effet facilement l'effet que pourrait produire à tous échelons une telle résurection, dans notre société ou tout se sait plus vite que ne s'enflamme une traînée de poudre...

 

La plume est drôle sans exagération, bien que deux scènes du début soient totalement échevelées et franchement désopilantes, le tout est ironique sans scalpel, acide sans méchanceté, le roman se lit en plusieurs couches, de la banale et distrayante histoire presque road movie à lire au premier degré pour le plaisir, au petit traité philosophique sur le sens de la vie et l'essence de la mort, sans prétention ni leçon d'aucune sorte. Un livre réjouissant qui se lit vite, avec simplicité et grand plaisir, et révèle un double fond intelligent et moins intello-inaccessible que je ne le craignais en empruntant un Percival Everett, auteur dont la réputation me faisait peur, à tort, bien qu'il la mérite manifestement... J'y reviendrai sûrement, faire du secouage philosophique de neurone de cette façon, c'est vraiment... trop mortel !

 

____________.-°)_(°-.____________

 

Quelques extraits...

 

page 11 (début du roman) : Que Theodore Larue fût mort était indiscutable. L'ironie de cette mort accidentelle passa inaperçue puisque nul ne savait qu'il était en route vers son suicide quand il fut, disons, interrompu.

 

page 21 : C'est alors, dans l'harmonieuse vibration de l'ultime amen, que Theodore Larue se redressa dans son cerceuil. Un silence compréhensible, quoique de courte durée, se fit dans l'église.

 

pages 28-29 : ...il lui était difficile de se faire à l'idée qu'il sortait de son propre enterrement. Il se toucha le tour du cou, sentit les coutures grossières qui tenaient sa tête en place, le fil lisse, les bourrelets gênants sous ses doigts.

"Ma tête a été..." Il s'interrompit.

"Complètement arrachée, confirma Gloria.

- Aïe."

 

page 40 : Maintenant il ne se demandait plus s'il était vivant, mais s'il voulait vraiment l'être.

 

pages 148-149 : C'était facile de croire. Rapide, comme de s'asseoir. On est debout, l'instant d'après, assis ; on reste actif jusqu'à ce que ce soit fait, ensuite on est passif. Mais croire, à la différence de s'asseoir, n'est pas réversible, on ne s'en relève pas. Le seul moyen d'y mettre un terme est de croire à autre chose, mais c'est rester croyant. Mieux vaut ne jamais commencer.

 

pages 278-279 : Il se redressa, se demandant s'il n'avait dormi qu'une nuit ou peut-être, toutes lois physiques étant suspendues, vingt ans, tel Rip Van Winckle. Mais comme il faut bien, parfois, accorder sa foi sans preuves, il admit que ce n'était que le lendemain, un détail certes, mais non dénué de sens.

 

page 299 : Sa mort avait changé sa conception de la vie.

 

____________.-°)_(°-.____________

 

Désert américain, de Percival Everett, traduit de l'américain par Anne-Laure Tissut, 2004, 319 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 09:03

Où sont les femmes ?

 

De quoi le monde est-il fait ?

 

Qu'est-ce qu'on vous souhaite ?

 

 

Monday8-1.jpg

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 22:56

miam version regardez-moi bien dans les yeux...

miam 2010 10 31 patates celeriet miam version qu'y a-t-il dans une bourse de sorcière ?

2010_10_31_bonbons.jpgEt puis y'a pas que le céleri qui soit de saison, y'a aussi le glagla... Dont acte !

bidouille_2010_10_crochet_SC59_sallejeux4.jpg

mots-clés : miam, crochet, couture, MissPapillon, PrincesseO

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 22:53

Depuis hier matin, c'est céleri branche au menu, puisque c'était la surprise hebdo du panier bio. Délicieux en soupe, mais peu étonnant... Alors que sauté avec des petites pommes de terre... hummmm...

miam_2010_10_31_patates_celeri2.jpg

Repost 0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 23:23

2010_10_29_arcencielgrimms.jpgJustement hier, je louchais sérieusement dessus en y songeant pour Nowel, sur le site de Grimms... Et puis ce soir, avec MissPapillon, en passant par Caen, nous nous arrêtons chez Ca.di.ac qui a eu un gros arrivage d'épicerie bio (suite à un incendie de magasin en Bretagne é_è ), et que vois-je ? Un arc-en-ciel moyen modèle, un seul, mais un quand même ! Yahouhouh ! Neuf et à prix Ca.di.ac, 12 euros au lieu de 25 =^.^= Yep ! Noël avant l'heure ! Les filles adorent ! Moi aussi !

Et alors les teintures vives à l'eau dans le bois, hum...Quel bonheur pour les yeux et les doigts !

Repost 0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 23:20

2010_10_28_lunettesPO.jpg

mot-clé : PrincesseO

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 23:42

Y'a pas que les feuilles qui tombent au automne...

2010_10_27_cheveux.jpg

Repost 0

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n