Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 09:12

 

pas_2011_09_18_traces_kesss.jpg

Réponse mercredi =^.^=

 

Jouons aussi chez Zazimuth !

Repost 0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 09:01

livre_2011_09_parr_cascades-gaufres-gogo.jpgCe livre était sur la liste "à lire" depuis longtemps suite à une critique chez Zazimuth (clic). Et j'ai vraiment bien fait de le prendre !

 

L'histoire : Trille et Lena ont 9 ans, sont voisins à Knert-Mathilde en Norvège, et font les 400 coups ! Surtout la tonitruante Lena ! Des bêtises d'enfant, des blagues qui tournent mal, des cascades rocambolesques, le tout entouré d'adultes remarquablement bienveillants. Et puis il y a aussi les moments difficiles, le deuil, la séparation... la vie qui va ! Sur un an, d'une Saint-Jean à l'autre, la vie de Lena et Trille sous le signe de l'amitié et des grandes émotions.

 

Mon avis : un livre épatant ! Le milieu a quelques petites longueurs qui ont bien failli me le faire lâcher, sans plus. Et ça aurait été dommage de l'arrêter en cours de route, parce que la deuxième moitié est vraiment très jolie, naïve et simple comme certaines enfances, d'une émotion et d'une tendresse poignantes. L'écriture est simple, efficace et directe, émaillée de petites trouvailles poétiques.  Les personnages, aussi bien enfants (Trille, Lena principalement) qu'adultes (Mamie bis, Isak et surtout Papy, entre autres), sont très attachants.

Vraiment un très joli petit livre qui donne le sourire, à mettre entre toutes les mains à partir de 8-9 ans je dirais =^.^=

 

***

Feuilletons ensemble quelques extraits :

 

incipit : Le trou dans la haie.

Pour notre premier jour de grandes vacances, Lena et moi on a installé un téléphérique entre nos maisons.

 

page 12 : A part ça, Lena a les yeux verts et sept taches de rousseur sur le nez. Elle est mince. Papy dit toujours qu'elle est comme un cheval mais qu'elle ressemble à un vélo. Au bras de fer tout le monde la bat. Mais elle, elle prétend que c'est parce qu'ils trichent tous.

 

page 30 (il parle de Noé) : Le plus horrible dans l'histoire, c'est que tous ceux qui n'étaient pas montés à bord de l'arche sont morts noyés. Comme Dieu lui-même trouvait ça triste, il a inventé l'arc-en-ciel et il a promis que plus jamaias il ne déverserait autant d'eau à la fois.

 

page 84 : Là, je me suis dit que les jours ordinaires n'existent décidément pas quand on a une voisine et une meilleure amie telle que Lena.

 

page 112 : Le monde entier était dorénavant changé car il n'y avait plus de mamie bis sur cette terre.

 

page 127 : Alors, papy m'a regardé d'un air sérieux et il m'a dit qu'éprouver le manque de quelqu'un était la sensation de tristesse la plus belle qui existe.

- Tu comprends, mon petit Trille, quand on est triste parce que quelqu'un nous manque, ça signifie qu'on aime cette personne. Et il n'y a rien de plus beau qu'aimer quelqu'un. Ceux qui nous manquent, on les porte dans notre coeur.

Il s'est frappé le torse avec le poing, ça a fait un bruit creux, sourd.

- Ah... j'ai dit, en me séchant les yeux avec ma manche. Mais éh, papy... on peut pas jouer avec les personnes qui sont dans notre coeur, ai-je soupiré en me frappant le torse à mon tour.

 

page 133 : Jamais il n'aurait fallu avoir inventé les grandes personnes !

 

page 153 : Dès qu'il nous a aperçus, il en est resté bouche bée au point que ses dents de sagesse étaient visible jusque sur le quai.

 

***

Cascades et gaufres à gogo, de Maria Parr, traduction du néo-norvégien de Jean-Baptiste Coursaud (titre original : Vaffelhjarte - Lena og eg i Knert-Mathilde), 2005, 178 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 14:46

bidouille_crochet_SC106_ours.jpgPour les autres, ça se passe chez Isabelle et dans le musée.

Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 15:23

Cette semaine, je vous avais préparé un indice, et puis je me suis laissée emporter par ma flemme... Poour mémoire voici le kesss :

mystere 2011 09 18

L'indice aurait été ceci :

mystere_2011_09_18_indice.JPG

Pas si simple... Mais Zazimuth a trouvé du premier coup ! Bravo !

 

Voici la réponse à l'indice :

mystere_2011_09_18_reponse2.JPG

Et celle du kesss, puisqu'il s'agit de la même réponse :

mystere_2011_09_18_reponse.jpg

 

C'est vraiment la saison en ce moment, et je suis toujours admirative de la façon dont la nature forme les champignons, les dessine... Magnifique !

 

Prochain kesss dimanche =^.^=

Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 17:52

  Toute sagesse est-elle philosophie ?

 

Est-ce Calope ?

 

Mais où est donc Ornicar ?

 

http://images.allocine.fr/r_450_x/news/18358866.jpg

Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 16:15

Quelques réponses que je vous devais à des devinettes passées en questions du lundi...

 

Qu'est-ce qu'une carotte de bique ? (ici)

 

Réponse des Lapins Crétins :

 

un excarrément de chèvre !

 

***

 

Qu'est-ce qui est ransparent et gambade dans les champs ? (ici)

 

Réponse :

 

un troupeau de vitres bien sûr !

 

=^.^=

Repost 0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 07:41

livre_2011_09_keyes_fleurs_pour_algernon.jpgLa dernière fois que j'avais lu un roman sur l'"intelligence", c'était Comment je suis devenu stupide de Martin Page (clic pour aller à ma critique), et c'était vraiment d'une nullité intersidérale. Dans les commentaires, La Belle Bleue avait parlé de Des Fleurs pour Algernon. Il était tentant, pas cher, je l'ai acheté. Il a traîné longtemps sur ma commode, et puis je me suis décidée... Et je n'ai qu'une chose à dire : MERCI La Belle Bleue ! Je me suis régalée !

 

l'histoire :

Charlie Gordon est ce qu'on appelle un "attardé mental". Il a une trentaine d'années, travaille dans la boulangerie appartenant à son "protecteur", va dans un cours du soir pour adultes arriérés, et il a une volonté farouche de devenir "un téligent", on apprendra pourquoi en même temps que lui, à mesure qque la mémoire lui reviendra. Car le livre débute alors que Charlie va entrer dans une expérimentation scientifique, une opération pour le rendre intelligent (en réalité lui faire avoir un QI phénoménal, mais ne nous arrêtons pas à ce détail formel qui serait un raccourci mensonger, puisque justement le livre ne tombe pas dans cet écueil), et le roman est composé de l'ensemble des compte rendus que Charlie va écrire tout au long de l'expérience, à destination des chercheurs qui vont les décortiquer et en faire un des éléments de mesure de l'éveil de l'intelligence de Charlie. Algernon, c'est la souris de laboratoire qui a déjà subi cette opération avant lui et résoud maintenant des labyrinthes très complexes. Au début rivaux, il se nouera vers la fin une belle complicité entre Algernon et Charlie... quand les choses tourneront mal...

 

Ce que j'en pense :

Un livre formidable ! Sensible, ultra crédible, avec juste ce qu'il faut de convenance. En quelques pages, je suis entrée à 100% dans l'histoire, accompagnant Charlie dans ses découvertes, ses naïvetés, son incrédulité, ses difficultés, sa découverte que l'intelligence formelle n'est pas tout dans la vie, sa redécouverte de son passé enfoui et oublié, l'acceptation du ratage. Charlie est très attachant, sincère voire brut de décoffrage, et son regard sur l'image que lui renvoient les autres, en confrontation avec l'image qu'il nous donne à nous au travers de ses compte rendus, est captivante et si finement juste.

Je me suis interrogée au début sur le bienfondé de l'association orthographe-intelligence, mais finalement, la façon dont est faite cette association est parfaitement logique et crédible, surtout avec une vision d'ensemble sur le livre. Bien entendu, ça n'est pas le seul signe tangible de ce qui change en Charlie. Et ces changements sont passionnants, fascinants !

Après, on peut, au passage, s'interroger sur beaucoup de sujets. Les moeurs du temps, le traitement social du handicap mental (le roman est fait de telle façon qu'il pourrait aussi  bien se passer aujourd'hui), la signification de l'intelligence et son importance relative, les choix éducatifs, le respect d'autrui, la fatuité de la science quand elle devient performante, l'utilité du changement, le déterminisme, les risques liés à une changement aussi radical (Charlie se dédouble en "le Charlie d'avant" et celui d'aujourd'hui), le décalage des apprentissages, etc. Et les réponses, y compris celles de l'auteur, à mon avis, ne sont pas forcément celles qu'on pense lire dans le livre au premier abord...

Vraiment un livre formidable que je ne peux que recommander pour ne pas en dire trop !

 

Si vous voulez en savoir plus : article Wikipedia (je viens seulement de le lire, je ne voulais pas risquer de me gâcher la surprise du roman, et j'ai bien fait, parce que l'article dit vraiment tout... donc si le roman vous tente vraiment, je ne vous conseille pas trop l'article ;-) ).

 

Ce livre est à moi, donc s'il vous tente, il peut circuler, la seule condition est qu'il revienne, bien entendu.

 

***

Feuilletons ensemble quelques extraits...

 

incipit : Conte randu n°1                3 mars. Le Dr Strauss dit que je devrez écrire tout ce que je panse et que je me rapèle et tout ce qui marive à partir de mintenan. Je sait pas pourquoi mais il dit que ces un portan pour qu'il voie si ils peuve mutilisé.

 

pages 27-28 : Une fois il y a longtemps j'avais demandé à Joe Carp comment il avait apris à lire et si je pourais aprendre à lire moi aussi. Il a ri comme il fait toujours quand je dis quelque chose de drôle et a dit Charlie pourquoi perdre ton temps. Ils ne peuvent pas mettre de la cervelle où il n'y en a pas. [...] et Franck a ri et il a dit ne va pas devenir tellement savant que tu ne voudras plus parler à tes vieux amis. J'ai dit je crains rien je garderai toujours mes vieux amis même si je peux lire et écrire. Il riait et Joe Carp riait mais Gimpy est arivé et leur a dit de retourner faire des petits pains. Ce sont tous de bons amis pour moi.

 

page 46 : Je ne sais donc toujours pas ce qu'est un Q.I. et tout le monde en donne une définition différente. Le mien est d'environ 100 actuellement et il va bientôt dépasser 150 mais il faut encore qu'ils m'emplissent avec quelque chose, comme le verre à mesurer. Je n'ai rien voulu dire mais je ne vois pas, s'ils ne savent pas ce que c'est ni c'est, comment ils peuvent savoir combien on en a.

 

page 62 : Maintenant, je comprends que l'une des grandes raisons d'aller au collège et de s'instruire, c'est d'apprendre que les choses auxquelles on a cru toute sa vie ne sont pas vraies, et que rien n'est ce qu'il paraît être.

 

page 91 : Mon intelligence a creusé comme un fossé entre moi et tous ceux que je connaissais et que j'aimais, et j'ai été chassé de la boulangerie. Je suis maintenant plus seul que jamais auparavant. Je me demande ce qui se passerait si l'on remettait Algernon dans la grande cage avec quelques-unes des autres souris. Est-ce qu'elles la traiteraient en ennemie ?

 

page 120 : C'est drôle, à propos de Guarino, je devrais lui en vouloir pour ce qu'il m'a fait et pour avoir exploité Rose et Matt, mais je ne le peux pas et je ne sais pourquoi. Après la première visite, il a toujours été gentil avec moi. Toujours la petite tape sur l'épaule, le sourire, le mot encourageant que je ne recevais que si rarement.

Il me traitait -même alors- comme un être humain. Cela peut sembler de l'ingratitude, mais c'est l'une des choses qui me déplaisent ici - cette manière de me traiter comme un cobaye. Les rappels constants de Nemur de m'avoir fait ce que je suis ou qu'un jour il y en aura d'autres comme moi qui deviendront vraiment des êtres humains.

 

page 127 : Suis-je un génie ? Je ne le pense pas. Pas encore en tout cas. Comme dirait Burt, en parodiant les euphémismes du jargon des éducateurs, je suis exceptionnel - terme démocratique utilisé pour éviter les étiquettes infamantes de doué ou de faible (qui signifient brillant ou attardé), mais dès qu'exceptionnel commencera à avoir quelque signification pour quelqu'un, on le changera. Il semble que la règle soit de n'utiliser une expression que tant qu'elle ne signifie rien pour personne. Exceptionnel s'entend aussi bien pour un extrême que pour l'autre, si bien que j'ai été exceptionnel toute ma vie.

 

page 173 (il rapporte des propos) : Où que j'aille, il y a toujours des panneaux. Interdit de stationner ! Interdit de stationner ! Je ne peux tout de même pas m'embêter à lire les panneaux chaque fois que j'ai envie de descendre de ma voiture.

 

page 181 : Ce soir-là et les jours suivants, je me plongeai dans des manuels de psychologie : clinique, personnalité, psychométrie, éducation, psychologie expérimentale, behaviourisme, gestaltiste, analytique fonctionnelle, dynamique, organiciste et tout le reste des écoles, des groupes, des systèmes de pensées encians et modernes. Ce qui est déprimant, c'est de découvrir à quel point, en formulant les idées sur lesquelles ils fondent leurs concepts de l'intelligence humaine, de la mémoire et de la faculté d'apprendre, nos psychologues prennent leurs désirs pour des réalités.

 

page 202 (propos rapportés) : Nous n'avions aucun contrôle sur ce qui arriverait à ta personnalité, et d'un jeune homme arriéré, mais sympathique, tu es devenu un salopard arrogant, égocentrique, antisocial.

 

page 203 : ici, dans cette Université, l'intelligence, l'instruction, le savoir sont tous devenus de grandes idoles. Mais je sais maintenant qu'il y a un détail que vous avez négligé : l'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher.

 

page 234 : J'ai fini de courir dans le labyrinthe. Je ne suis plus un cobaye. J'en ai assez fait. Je veux qu'on me laisse tranquille maintenant.

 

***

Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes, traduit de l'américain (Flowers for Algernon) par Georges H. Gallet (et quelle traduction !!), 1956, 252 pages. Prix Hugo de la meilleure nouvelle 1960, prix Nebula du meilleur roman 1966.

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 19:50

Aujourd'hui, temps couvert (et encore là, j'ai bien pris soin de prendre LE coin de ciel bleu visible à ce moment)...

meteo_2011_09_18.jpgalternance de pluie normale, de bonnes vieilles draches façon lâcher de seau d'eau et de très courtes éclaircies (pas une seule fois assez longue pour que ça fasse un arc-en-ciel, c'est dire !). J'ai réimperméabilisé mon vieux ciré tout mité, alors pourquoi se priver ? de toute façon, j'avais déjà la crève alors un peu plus un peu moins hein.

 

Les baskets (en toile, je n'ai pas une seule vraie paire de chaussures étanches, c'est bête, hein, en Normandie ?! lol) collent dans la boue des champs, ça déchaussent à fond, c'est cool, comme ça les orteils font aussi de l'exercice pour ne pas se retrouver tout nus, mais dommage ça empêche de piquer un sprint dans la bouillasse et de prendre un bain "à la Shrek", trop fun... Puis retour à la civilisation et ses flaques calmes sur le bitume tout neuf d'un lotissement même pas terminé...

pas_2011_09_18_flaque.jpgLa laisse qu'on devine, c'est celle de la preuve qu'il a plu, en pleine séance de séchage par le vent, pendant une mini-éclaircie sans soleil :

meteo_2011_09_18_rubi.jpg(c'est pas le mien, c'est le toutou-tout-fou de ma mémé, il est super et vieux et toujours d'un enthousiasme débordant et d'une exubérance envahissante mais plutôt obéissant et mega gentil, j'suis fan totale, je vais le promener une ou deux fois par semaine, la leçon du jour, c'était "apprendre à se repérer dans un champ de betteraves"... )

Ensuite, pour rentrer, faut traverser la route après être passés par un bout de chantier (où le but du jeu c'est clairement de ne pas s'étaler de tout son long façon Intervilles -sans la foule pour encourager, c'est vachement plus dur !-, je sais pas, ils ont dû ajouter du savon à la gadoue à cet endroit)...

pas_2011_09_18_traces.jpg

Comme quoi, parfois, les pas du jour laissent des traces !

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 05:43

mystere 2011 09 18

 

Peut-être un indice demain lundi et réponse mercredi.

 

Jouons aussi chez Zazimuth ! =^.^=

Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 11:07

Cette semaine, il était particulièrement duraille, et personne n'a trouvé... Voici la réponse en images :

mystere_2011_09_13_reponse.jpg

Il s'agissait d'une fleur de céanothe séchée directement sur la plante.

 

A dimanche pour le prochain kesss !

Repost 0

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n