Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 19:34

Jusqu'où vont se nicher les idées politiques, hein ! Vue de la fenêtre de salle de bain...

2011_05_31_thuya.JPG

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 19:09

livre-pas-fini_2011_05_huston_infrarouge.jpgJ'avais beaucoup aimé  Lignes de faille de la même Nancy Huston, alors j'avais hâte de commencer celui-ci, son dernier publié à l'automne dernier. Bah je n'irai pas bien loin ! Rena se retrouve à Florence avec son père et la compagne de celle-ci, pour leur faire visiter la ville. On saura tout de son mépris pour ceux qui n'ont pas l'apparence ci ou ça, sur son corps de rêve, son amant 20 ans plus jeune qu'elle, etc. Pour ma part, l'étalage très post-soixante-huitard de sa sexualité comme une composante de la vie en en ignorant volontairement le caractère intime, les tribulations d'une nymphomane à Florence, qui ne vous épargnera aucune vulgarité sous couvert de "libération" féminine ; tout à la mode que ça soit, ça m'emmerde. Stop page 46, sans regret pour une fois.

 

*****

Feuilletons quand même un peu...

 

incipit : Sur la banquette rouge du café, Rena se penche de plus en plus vers la droite, s'effondrant doucement, insensiblement, contre le corps replet et maternel d'Ingrid.

 

page 22 : Je les préférais à mes anglophones voisins et camarades de classe, trop sains à mon goût, qui abordaient le sexe avec la même application que le jogging -quoique en enlevant leurs baskets le plus souvent -, me faisaient subir en pleine action un interrogatoire sur la nature et l'intensité de mon plaisir, et se douchaient aussitôt après l'orgasme.

[...] Ecco. Je ne suis pas francophile mais francophonophile, j'ai un faible irrationnel pour la langue française dans tous ses avatars...

 

page 28 : Top secret, le monde de Me Lisa Heyward. rena était fière de ce masculin et de ces majuscules dans la vie de sa mère.

 

page 33 : Un soi n'est riend 'autre que l'histoire d'un corps humain , telle que se la raconte le cerveau de ce même corps.

 

page 35 : Comme ceux de tout le monde, ses yeux reflètent les démons de son enfance. [...] Comment le passé peut-il être si radicalement révolu ?

 

*****

Infrarouge, Nancy Huston, 2010, 309 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 20:30

Les oiseaux ont-ils un nombril ?

 

Sur quel pied danser ?

 

Qu'est-ce qui fait tourner le monde ?

 

lundi-d-j-.gif

 

 

Dure journée à la maison aujourd'hui. Une pensée aussi, toute la journée, pour mon amie Selma pour qui ce lundi fut beaucoup plus dur.

J'avais besoin, ce soir, d'un peu de légèreté... Lâchez-vous dans les comm. !

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 08:32

Depuis quelques jours, il m'a pris une crise de radio-blabla, autrement dit une envie d'écouter la radio qui parle, et non seulement celle qui fait du bruit plus ou moins mélodieux. Ca faisait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé... et chaque fois que ça se produit, je me dis que je comprends pourquoi je m'en tiens régulièrement si longtemps éloignée !

 

Dernier exemple en date, à l'instant sur France Inter (que j'ai éteint), un entretien avec Valérie Pécresse... A la vitesse de l'éclair, deux-trois questions express sur l'énergie, réponses langue de bois, malhonnêteté et foutage de gueule de rigueur, et on passe à la suite (hein ? comment ? Le journaliste dort-il ? L'a pas entendu les réponses ?! Ca ne lui évoque aucune réplique interrogative ?! ah ben non !... chuis bête, il a dû apprendre son métier à l'école des animateurs de variété -chuis sympa, j'ai pas dit des gentils organisateurs de clubs de vacances...-, comme tous les "journalistes" médiatiques actuels !). Et on passe au sujet qui l'intéresse : le cul. Allons-y ! La démission de Georges Tron et surtout ses raisons, voilà un sujet important qui engage toute la nation sur le long terme ! Ca vaut le coup d'inviter une ministre pour en parler (elle a rien d'autre à faire, je suppose !). Le peuple est en grande partie dans la merde jusque là sur une foule de sujets, alors c'est primordial de parler des affaires de moeurs des hommes politiques (cela dit, si ils s'y mettent, va y avoir du boulot !!! Rien qu'avec Jack Lang qui a eu une sortie à baffer -justifiée quelques jours après d'une manière encore pire- y'aurait du boulot, si on creuse son passé... enfin moi, j'ai bossé dans des milieux proches de lui un temps, alors j'dis ça, j'dis rien ! Les "journalistes" savent très bien tout ça depuis longtemps, mais curieusement leur langue est aussi lâche à ce sujet que face à des politiques qui racontent ouvertement n'importe quoi et inventent des chiffres, enfin bref ! hors sujet !).

 

Là, les réponses sont claires, et pourtant le "journaliste" en rajoute, ça lui inspire des questions à la pelle, il reformule tout, des fois qu'elle serait trop cruche pour se rendre compte qu'il essaie juste de lui faire dire ce qu'elle ne dit et ne pense pas, histoire de créer le scoop de fond de chiottes que reprendront tous les autres guignolos journalistes... Pathétique. Et elle reste, impuissante, n'ose pas s'énerver ni sortir du studio en lui envoyant la porte dans la tronche, ça se sent pourtant que ça la démange de lui dire ce qu'elle en pense, mais non, rien, elle reste polie, soumise, molassone, victime (ah ben c'est un rôle à la mode faut dire ! on est entre autres victime des politiques précédentes qui ont fait du nucléaire à outrance, on est victime du temps météorologique -bah ouais c'est la faute à la sécheresse si les agriculteurs plongent, pas du tout à l'absurdité de faire du maïs en masse ni à celle de l'élevage intensif ni à l'autorisation de spéculer en bourse sur les aliments...). J'éteins.

 

Si ça se trouve, après, elle a eu le courage, le culot, elle a osé, sortir, gueuler. Ca m'étonnerait. Mais je ne veux plus entendre ces gens, ces "journalistes", ils sont vraiment à gerber, vendus, malsains, j'avais envie d'écrire des putes et rien d'autres, mais la plupart des putes ont une raison valable de se vendre : survivre. Eux n'ont même pas cette excuse digne à leur bassesse. Consternant. Beurk.

 

 

Je retourne dans ma grotte et mets sur la platine le dernier Grand Corps Malade, un peu de poésie, d'humanité... Ca me changera d'entendre parler quelqu'un d'intelligent, sensible, émouvant, avec une belle voix en prime ! (vous avez entendu celle avec Charles Aznavour ?! Je ne peux même plus l'écouter en auto tellement elle ma porte aux larmes !)

 

politique actualité

Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 08:56

mystere_2011_05_29.jpgCette semaine, pas d'indices, et réponse mercredi =^.^=

 

Jouons aussi chez Zazimuth !

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:56

livre_2011_05_pingeot_bouche_cousue.jpgDans ce livre, Mazarine Pingeot, la fille longtemps cachée de François Mitterrand, décide de raconter son enfance à son futur enfant, dont le désir la tenaille. Le propos m'intéressait grandement, la vie de cette jeune femme aussi. J'apprécie aussi les valeurs fondamentales que ce livre laisse deviner. Pour autant, je ne finirai pas cette lecture. Le style est trop maniéré, voire empoulé, sous des dehors parfois à la limite du style télégraphique. Monsieur Plouf dit que beaucoup de Normaliens écrivent ainsi. Bah y'a pas de quoi s'en vanter ! Les métaphores, trop nombreuses, sont vaguement lourdingues par trop de lyrisme affecté, on s'attend à tout moment à voir la marquise geignarde porter la main à son front pour s'évanouir dans un élégant bruit de ballon qui se dégonfle. C'est dommage, je ne suis pas d'humeur, ces temps-ci, à passer outre ce genre d'apparence, et je suis convaincue pourtant que cette jeune femme présente une grand intérêt d'âme. Stop pour moi page 58.

 

******

Feuilletons tout de même ensemble quelques extraits...

 

incipit : Mercredi 8 janvier 2003. Paris.

Jarnac, je n'en connais que la pluie. Les huit janvier, il ne fait pas beau en Charente. L'anniversaire de la mort de papa. Désormais les années commencent ainsi.

 

page 18 : Se nommer c'est le nommer, il y a des noms comme ça, mystérieusement liés, et qu'on ne prononce pas. Même si ce sont les plus chers. Même s'ils doivent vous définir. Alors on en change. Au début c'est un jeu, ensuite une habitude, ça peut même devenir une maladie.

 

page 41 : L'enfance est toujours un leurre.

 

page 51 : Le plus étrange est que je n'ai jamais cherché à vérifier dans un livre comment je m'épelais.

 

pages 51-52 : J'étais l'enfant d'un homme déjà fait qui avait relativisé l'importance de l'ambition dans la vie.

 

page 57 : Le rythme des jours peut aussi se mesurer aux allées et venues d'un homme qu'on aime.

 

page 58 : Nous sommes l'épure d'une famille, un noyau sans fruit mais avec coque, un coeur à trois mais sans corps, avec rien d'autre que des battements qui s'évanouissaient de ne se répéter que pour eux.

 

*****

Bouche cousue, Mazarine Pingeot, 2005, 210 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 14:44

hhhhummmm désolée ça colle ! Je reprends la bouche vide : les caramels au beurre salé ! Comment ça, c'est pas une sortie, ça, "caramels au beurre salé" ?! Mais si !!! En tout cas, pour nous, ce matin, ça a été la sortie IEF hebdomadaire : l' usine de fabrication des caramels au beurre salé d'Isigny-sur-mer =^.^=

 

Alors je ne vous montrerai pas de photos, parce qu'il est interdit d'en faire pendant la visite. Vous en verrez quelques unes sur cette page de leur site, diaporama automatique à droite. Les machines tout exprès sont très impressionnantes !

En fait, voici les étapes de fabrication du caramel : d'abord, dans une grande cuve en cuivre qui ressemble à un vaisseau spacial d'un vieux film muet pouvant fermer hermétiquement sont mis des seaux (grands hein ! pas des seaux de plage !) de sucre et d'eau. Pendant la montée en température, vers 95° me semble-t-il, on ajoute 2 seaux de glucose de blé. Ensuite, on laisse monter la température un quart d'heure jusqu'à 125.5°C. On ajoute alors le beurre, la crème, enfin les ingrédients qu'il faut spécialement dans la fabrication du moment ce jour-là (car les fabrications sont faites en fonctions des commandes), sauf celles qui doivent être mises après la fin de cuisson. Puis hop, c'est reparti pour 15 minutes de cuisson ! Une seule cuve prépare chaque fois 80 kg de caramel ! Bon sang ! Ca fait un lot de petits caramels à se coller aux dents !!

 

Ensuite, le caramel est renversé sur une plaque de refroidissement. Quand ça a commencé à refroidir, donc après environ 30 mn, il est coupé (en morceaux de 2-3 à 8 kg quand même !) et chaque partie est malaxée, pliée, retournée, etc., pour que le caramel refroidisse de manière homogène. Et je peux vous dire que ça n'est pas un métier de bras mous ! C'est physique ! Je n'aurais pas cru que fabriquer des caramels soit si physique (ni l'usine si bruyante !).

De nouveau 30 minutes de refroidissement, et le caramel est emmené dans des machines où il est tassé en forme un peu cônique par des rouleaux qui tournent. Ainsi tassé, il est doucement poussé par la force de gravité + la force centrifuge vers des roulements qui vont le transformer en long boudin, puis d'autres rouleaux vont en faire un long boudin cubique, et enfin il sera découpé, et dans la foulée la machine l'emmaillote dans son papier ! Incroyable machine ! Des grands rouleaux de "papier" sont placés là où il faut, et la machine le découpe et emballe chaque caramel ! Quasi magique ! J'admire les gens capables de concevoir de telles machines ! (euh... ceux qui l'utilisent aussi !)

 

Cette usine fabrique actuellement environ 1.5 tonne de caramels par jour =O_O=, grâce aux 19 personnes qui y travaillent.

Et comme la visite de 45 minutes, très instructive et intéressante (pour tout le monde, même PrincesseO, du haut de ses 3 ans 1/2, a adoré !), menée de manière charmante par une employée, est gratuite (et même payée en nature puisque chacun est invité à goûter quelques caramels !), bah on passe par la boutique dans la foulée (alors même qu'elle n'est pas sur le chemin de la sortie... mais curieusement, tout le monde veut y aller... lol). Prix raisonnables pour des caramels de cette qualité, vraiment je n'ai que du bon à en dire.

 

Cela dit, si vous avez une dent qui bouge, attention, les caramels mous sont de vrais caramels mous : ils collent aux dents ! (ceux qui ne collent pas et sont encore plus mous sont les "caramels fondants", non seulement j'ai appris comment on les fabrique, mais aussi précisé mon vocabulaire !). Et ça n'etspas du pipeau : en rentrant à la maison, MissPapillon a vu une de ses prémolaires rester fichée dans un caramel !!...

 

 

Allez, un petit tour de notre descente dans la boutique :

D'abord du classique :

sortie_2011_05_26_caramels1.jpg

Ensuite, du... aaaaaaaaaaaargh y'a pas de mot !!!! de la pâte à tartiner ! Ouiiiiiiiiiii !!! et on a été super raisonnables : un petit pot (vous pouvez me féliciter, merci, parce que non seulement j'ai pris un petit pot, mais en plus, j'ai résisté à l'appel déchirant du coulis de caramel qui me faisait désespérément de l'oeil sur l'étagère juste en-dessous !) :

sortie_2011_05_26_caramels2.JPG

Et enfin, un pur délice : la poudre de caramel dur au beurre salé (ils ne vendent plus le caramel dur qu'en pots de poudre ou de miettes destiné à la confiserie, pâtisserie, cuisine, etc.)... et alors dans le yaourt... mmmmm, trop grave comme ça déchire !...

sortie_2011_05_26_caramels3.jpg

Et vous avez remarqué ? On aurait pu en faire un kesss tellement c'est mystérieux et bôôôôô en plus d'être délicieux !

sortie_2011_05_26_caramels4.JPG

Une fois de plus, tout le monde a été enchanté de cette visite, que je ne peux que vous conseiller si vous aimez les visites d'usine (celle-là est petite) et que vous passez dans le coin =^.^=

 

 

Ce que nous avions prévu pour l'après-midi a été quelque peu compromis par l'arrivée depuis la nuit dernière sur toute la région, et donc le Cotentin, d'un vent à leurrer les cocus, du froid et de la pluie (oui oui la pluie ! pas des seaux, mais quand même un peu mouillée). On se garde donc l'idée au chaud pour une autre fois =^.^=

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 19:14

La casserole est très en vogue. Une mode qui pète tout, le truc de ouf comme on n'en voit qu'un de temps en temps ! Tellement même que personne ne tique quand Christine Lagarde pose sa candidature à la direction du FMI, cette vaste fumisterie (faut dire que personne ne tiquait non plus quand son prédécesseur se prétendait de gauche en contraignant la Grèce à privatiser à tout va, le cerveau ça pousse pas tout seul chez le journaliste, c'est même un métier cervophage je crois bien)...


Alors y'a pas de raison, moi aussi je veux participer à la mode, faire honte à mon pays dans le monde entier !!! Parce que moi aussi, j'ai des casseroles !! (bon, elle sont pas accrochées au même endroit... ça compte ?)

2011_05_25_casseroles.jpg

politique, actualité

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 17:58

Le 3 janvier 2009, j'avais fait sur mon ancien blog (disparu depuis) une critique du Montespan de Jean Teulé, la voici :

03 janvier 2009
Le Montespan de Jean Teulé
...Allez, un petit tour du côté des lectures de décembre !
D'abord Le Montespan, de Jean Teulé...
J'aime bien l'écriture de Jean Teulé, à la fois discrète, simple, légère, sans prétention, et cependant concise, fine, élégante, gracieuse (oui ça fait beaucoup de superlatifs, mais vraiment il écrit... bien !).

Monsieur de Montespan... je n'avais même jamais imaginé un jour que la Montespan eût un mari... Ben oui ! (bon, disons quand même à ma décharge qu'il m'arrive assez peu souvent, comme ça, au débotté, dans ma vie qutidienne, de penser à la Montespan...). Bref. Je ne connaisais pas son histoire, ses coups d'éclat, ses audaces face à Louis XIV... Son exil, sa droiture. Cet homme mérite d'être connu, il a eu un destin hors normes, une gniaque, un courage et un panache qui forcent le respect (en plus d'un certain rire, il faut bien le dire, quelque peu moqueur et facile parfois, quoique pathétique aussi de temps en temps). Vraiment un panache extraordinaire ! J'adore !
L'écriture de Jean Teulé lui rend-elle justice ? Je n'en sais rien, à vrai dire, mais j'aime son parti-pris et la forme d'humanité qu'il lui donne.

En résumé, je me suis régalée avec ce livre que m'a prêté mon pôpa (merci papa !)... Livre léger, drôle, assez consistant mais cependant vite lu (et pourtant bien que lectrice boulimique, je suis aussi lectrice très lente... par plaisir ! j'aime savourer chaque mot).
L'idéal pour des pauses lecture détente qui cultivent...

******

 

livre_BD_2011_05_teule_bertrand_montespan.jpgCette fois, j'ai lu Le Montespan dans sa version dessinée... Bien. Mais beaucoup moins savoureux. Si le dessin est très agréable et que cette lecture m'a permis de me remémorer des passages que j'avais un peu oubliés pour n'en garder que d'autres en tête, il n'y a pas dans ce livre la truculence et la saveur qu'il y avait dans le roman original de Jean Teulé. Ni les détails, bien entendu, ni l'impression de grandiose que l'écriture avait su donner à cet homme. Ici, on le voit bravache, inflexible, un peu paumé, mais pas amoureux (même si c'est dit et que le sexe y est largement présent), pas fou de douleur, pas courageux ni fier comme dans le roman... Je pense que peut-être la forme BD ne permet pas de retranscrire de manière aussi intense émotionnellement à la fois son panache et son côté pathétique, aussi...

Bref, c'est un peu plat, à l'image des cornes du carosse, moins immenses dans la BD que sur la couverture du livre. Dommage donc, même si c'est une bonne BD. A réserver, donc, aux amateurs d'images qui ne liront pas le livre de Jean Teulé.

 

*****

Regardons quelques images (peu, désolée, le plus représentatif est peut-être dans les dessins d'alcôve, mais ce blog n'est pas limité aux plus de 18 ans... alors juste 2 images qui m'ont fait sourire)...

 

bdext_teule_1.JPGbdext_teule_2.JPGbdext_teule_3.JPG

******

Le Montespan, BD de Jean Teulé et Philippe Bertrand, 2010, 112 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 19:31

Si certains sont tentés par un peu de camping au jardin en juillet en Basse-Normandie, j'ai passé une annonce là, sur Zetroc (visible uniquement pour les inscrits connectés). =^.^=

Repost 0

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n