Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 11:21

Voilà maintenant environ 11 mois que je suis sur un bateau ivre. Enfin ! Je dis "un bateau ivre" parce que je trouve ça joli =^.^= mais l'image la plus juste de ce que je vis (pensez donc si on m'a demandé un paquet de fois quel effet ça faisait !), je crois que c'est celle de quand on a tourné sur soi-même un moment et qu'on s'arrête tout soudain. Voilà. La crise paroxystique de 6h qui a suivi le vertige rotatoire du 11 mai, c'était cet instant très précis dans la fraction de seconde après l'arrêt quand on a tourné trèèèès longtemps. Avant, c'était presque rien que j'avais mis sur le compte du stress, et depuis, c'est juste la suite de cet instant, les 2-3 secondes suivantes qui s'éternisent... Parfois difficile de tenir debout, c'est fluctuant selon les jours (j'en ai moins si je suis très reposée mais c'est compliqué de très bien se reposer quand la position allongée augmente la sensation vertigineuse...), nausées, puis certains jours ça va un peu mieux même si ça n'est jamais parfait. Depuis donc environ 11 mois, je compte sur les doigts d'une seule main les jours où je n'ai eu qu'un ou deux vertiges (il n'y a pas eu de jour sans, comme ça c'est vite compté !).


Hier, j'ai vu une ORL qui pense qu'on peut m'en sortir (bon sang ça fait du bien à attendre !) en quelques mois (je veux bien être patiente !). C'est bon d'entendre que c'est normal que ça me stresse et m'épuise, que c'est épuisant et très stressant de se stabiliser en permanence, pour tout le monde. Que c'est normal que ça vire aux crises d'angoisse et attaques de panique, et que du coup je me retrouve maintenant sous anxiolytiques (qui atténuent les effets de bord, mais ne changent rien aux vertiges, dommage, j'aurais presque espéré que ça soit psychosomatique, au moins on sait quoi faire, on peut agir...). C'est bon de l'entendre mais ça ne dope et ne console pas. Elle m'a manipulée très fort. J'ai donc dormi (peu et mal) assise comme ça sera encore le cas quelques jours, aujourd'hui j'ai besoin des murs pour marcher, je ne peux pas m'allonger, ni me pencher en avant, même un peu, je ne peux pas faire de mouvement rapide genre tourner la tête autrement qu'au ralenti, idem les yeux, je ne peux pas les bouger rapidement sans basculer, je ne peux pas courir, danser, sauter, et j'en passe (vous savez, le truc bête, genre se pencher sur le caddie pour prendre les objets à mettre sur le tapis quand on fait les courses, ça aussi c'est la bascule assurée. On n'imagine pas quand on ne le vit pas toutes les choses qui ont besoin de notre équilibre stable...). Je vous fais grâce des acouphènes, sifflements rarement pénibles ou mignonette clochette au lointain, ceux-là ne me dérangent pas vraiment voire me distraient un peu, certains sont jolis comme cette minuscule clochette avec laquelle je me suis endormie il y a quelques jours, comme une douce mélodie (en revanche, ma tout nouvelle hypersensibilité acoustique, si, elle me gêne un peu, et quand on connaît les pratiques sonores de PrincesseO je pense qu'on voit vite pourquoi)...

Bref, toutes ces choses auxquelles je me dis que je me suis plus ou moins habituée depuis tous ces mois... Sérieux, comment s'habituer vraiment à tanguer, de toute façon ?! 


Voilà, j'avais juste envie de le poser quelque part. Je suis fatiguée de tanguer, fatiguée aussi de pomper l'air de mon entourage avec ça, d'autant que je suis convaincue qu'une partie (à l'image de cette sgrogneugneu de pù!ù^m de sù*m$ù! de petite voix dans ma tête) pense que c'est tout psychosomatique, voire que j'affabule (et je vous garantis que je l'ai suggéré un paquet de fois en consultation, les ORL sont toujours très formels : non, le lien vertiges-stress est dans mon cas bien dans ce sens et non inverse. D'ailleurs, chronologiquement c'est évident), je suis fatiguée que la vie quotidienne soit une bataille sans cesse renouvelée pour une chose aussi simple que vivre dans un monde statique.

Fatiguée, aussi, même si ça n'a rien à voir (mais ça se cumule), des tuiles qui nous tombent dessus de partout et qu'on me demande en plus en ce moment des comptes pour tout (quand le plus dur sera passé, je vous raconterai comment et pourquoi la MDPH m'a convoquée avant-hier tiens, c'est digne du royaume d'Ubu... j'ai été franche, j'ai joué cartes sur table, je me suis même un peu emportée, et pourtant j'ai bien peur que ça n'empêche probablement pas la galère de bientôt nous tomber dessus comme la petite vérole sur le bas-clergé breton).

Voilà. Aujourd'hui mercredi je ne ferai pas de voiture, trop dangereux dans cet état, juste quelques km (6 en comptant aller + retour, sur une route de champs peu passante) pour PrincesseO ; MissPapillon va rater ses activités du mercredi, tant pis, pour une fois (c'est très rare), je ne peux pas faire 40 km et rester des heures sur place, là je ne peux simplement pas... Voilà, j'avais juste besoin d'en parler un peu sans gonfler mon entourage qui a besoin de moi forte, là. Et la vie reprend son cours, et le prochain billet sera moins relou maintenant que j'ai un peu posé mon fardeau actuel... rompez ! gy-579

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 09:20

Je relaie un appel, mais je vais commencer en parlant de moi tiens :-Þ

 

Notre situation n'est pas un secret.

Ici, c'est surtout (mais pas seulement) le handicap de notre grand qui nous a mis dedans : scolarisation impossible, nécessité de s'en occuper à 100% du temps il y a quelques années, du coup activité impossible en même temps (heureusement aujourd'hui il est un peu plus autonome et surtout plus du tout violent ! =^.^= et je ne dis pas merci aux pros qui s'en lavent carréemnt les mains dans la région, on se doit tout à nous-mêmes), j'ai dû arrêter mon activité et comme on était à notre compte avec mon mari, bah plus d'emploi pour tous les deux, et pas de chômage puisqu'ex-indépendants...

 

L'Etat et la société ne pardonnent pas un handicap, il y a des belles lois, des blablas sirupeux de partout qui restent théoriques (pas la peine de me parler des assos, on a testé : du temps perdu ! La seule aide morale et efficace qu'on a croisée, c'est le CCAS du bled à côté, avec les limites administratives normales, évidemment), mais dans les faits réels, socialement et administrativement, la réalité de la seule réponse c'est "démerde-toi, idéalement même crève, ça fera des assistés de moins"...

 

On a vécu 2 ans d'un RSA (réduit car les enfants avaient un minuscule compte bloqué -oui, "avaient" car depuis des gens de bien peu de conscience morale nous ont attaqués pour tirer parti au maximum de l'iniquité des lois immobilières et nous pomper jusqu'au sang alors qu'ils ont plus de moyens que nous, et ces comptes seront bientôt vides, ce qui ne changera pas grand chose à notre découvert abyssal de toute façon-, l'Etat considère que c'est une épargne de nanti, résultat : on nous a généreusement octroyé à peine plus de 500 euros par mois pour vivre à 5, qu'on nous supprimait un mois ou deux de temps en temps, comme ça pour voir, bravo la France ! pendant ce temps, je rappelle que le fonds RSA français a eu un excédent monstrueux en 2011, dont les plus pauvres n'ont pas vu la couleur bien entendu... éh oui en France, les riches pillent parfois les pauvres en toute légalité, et les grands médias chantent des berceuses pour faire croire le contraire aux plus cons qui gobent en bêlant... plim plam ploum).

 

Aujourd'hui on est très très endettés (banque, famille, etc.), monsieur Plouf a retrouvé depuis cet été un job pourri à responsabilités (ils n'ont pas raté dans son CV qu'il était cadre sup avant qu'on soit à notre compte), minimum 70h/semaine payé à peine au-dessus du smic (en revanche, ils ont raté la ligne sur le salaire qui va théoriquement avec, et pas coché la case "paiement à l'heure réelle travaillée"...). Mais à 50 ans passés aujourd'hui dans ce pays honteux et lamentable quoiqu'incommensurablement prétentieux aux dirigeants qui bichent à torturer les pauvres, après plus de 200 candidatures, si on trouve quelque chose, on bosse et on la ferme, et même en cherchant autre chose on ne se fait pas beaucoup d'illusions...

 

Et moi, depuis mai j'ai des soucis sévères d'équilibre (dont les toubibs se foutent éperduement, passé le "ah oui tiens c'est l'oreille interne" qui me fait une belle jambe), je suis depuis peu en dépression, et c'est pas de vivre en Basse-Normandie (surtout dans le Bessin des terres, paraît-il...), magnifique et verdoyant pays aussi gris et pluvieux dans son ciel que dans sa culture, à la luminosité sublime que l'absence de lumière humaine équilibre parfaitement pour arriver à un truc moins que moyen, qui console...

 

 

Alors j'ai envie de relayer l'appel au secours de Rose Tendresse, croisé via le blog d'Ange, parce que je le comprends intimement, profondément, avec le coeur, avec les tripes. Je sais comme Pôle Emploi est une vaste blague, je sais comme plus on est bas et plus les gens tirent sur l'ambulance pour se sentir forts, je sais comme quand on a la tête sous l'eau les semelles sont nombreuses à chercher à vous marcher dessus, mais je sais aussi qu'il y a sur la Toile de vrais coeurs d'or, des vraies mains tendues, des vraies belles âmes avec de la bonne volonté et l'envie d'un autre monde. Donc je relaie.

Si vous êtes en Charente-Maritime, si vous avez connaissance d'un emploi, allez chez Rose Tendresse et aidez-les ♥

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 09:52

Un proverbe-à-la-* dit que "ce qu'on fait le premier janvier on le fait toute l'année", j'ai donc essayé hier de bien glander pour le plaisir et de bien manger... Mouais. Sauf que :

 

- Début de journée, paf : pompe d'un des aquarium en panne, pas réussi à la réparer (et si j'en juge par l'état de l'eau, celui des poissons et celui des filtres, ça doit faire un moment mais on n'avait pas vu). Déjà trois morts chez les poissons, bien entendu un jour où on ne peut pas aller en acheter une neuve hein. Bon, dégâts limités : il me reste du Denitrol, en attendant 24h ça a fait l'affaire. Fuck Murphy !

 

- A midi, Murphy monte en puissance : ma grand-mère est à l'hôpital, deuxième malaise en peu de temps lors du repas de fête chez mes oncle-tante. Depuis quelques semaines son état est préoccupant : se déplacer est un souci sévère, côté tête elle est à côté de ses pompes, perd la notion du temps, oublie, confond, et là ça se dégrade encore. 

 

- On récupère donc en urgence le chien de ma grand-mère, un épagneul hyperactif de 12 ans, qu'avec Monsieur Plouf on balade une ou plusieurs fois par semaine depuis 2 ans, on le connaît bien, on l'aime bien, il est déjà venu à la maison, no soucy. Sauf qu'au bout de quelques heures, peut-être qu'il se sent déjà chez lui, il attaque un de nos chats !!! =O_o= Ca, ça va pas le faire ! Du coup, depuis, les chats ont peur et rentrent à peine, sur leurs gardes, avec des yeux terrorisés... Je peux encaisser beaucoup, les portes abîmés par le grattage, les pipis inappropriés, l'excitation permanente, le gentil chien particulièrement mal éduqué, etc., mais faut pas toucher mes chats evil-1617.gif

 

Euh... Vu la tronche des dernières semaines de l'année qui m'avaient déjà laissée dans un état difficile avec la boîte de Xanax à portée de main (ceux qui me connaissent savent que pour que j'en arrive là il en faut une mega tonne, dire que je déteste ce genre de traitement est une litote, faut que je ne sois plus cap de gérer le quotidien pour m'y résoudre), là, ça commence à me faire beaucoup ! Putain de Murphy ! En attendant, j'espère bien que le proverbe que je citais au début va se révéler totalement faux gy-579.gif

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 11:14

Les vacances sont passées... Elles avaient commencé avec les 13 ans du Paquet en juin, au milieu un séjour au four chaud dans la famille, il y a deux semaines ou presque j'ai eu 41 ans, la semaine dernière MissPapillon a eu 12 ans, ça a fait 7 ans qu'on vit à MorneBled, et aujourd'hui PrincesseO prend 5 ans. Au milieu de tout ça, il y a eu la St-machin et la St-truc. Comme tous les ans, nous allons donc clore l'été par une série de petite fêtes.

 

Les déclarations d'IEF (instruction en famille) sont parties à l'inspection, je les ai données à la mairie, les manuels de maths sont arrivés...

 

Demain : rangement, nettoyage, poubellage, tout ce que je n'ai pas eu le temps de faire depuis notre retour, parce que travaux plus longs que prévu dans la salle de bain (et pas franchement gratifiant, je pense qu'on ne m'y reprendra pas de sitôt), parce qu'état de santé pas terrible (du coup je démarre plutôt fatiguée et encore souffrante), et parce que comme tous les ans, pas envie de reprendre la saison d'IEF qui me demande tant d'investissement mental personnel et de temps dans un domaine que je n'aime pas...

 

Après-demain, s'il fait beau et que je suis en état, par principe, nous iront passer l'après-midi à la plage pour la rentrée officielle, une plage désertée de ses touristes, toute à nous pour d'abord l'arrière-saison (presque toujours belle ici, à la maison on appelle la région "le pays des arcs-en-ciel" à cause de l'arrière-saison) puis la majestueuse saison froide, tempêtueuse et détrempée... des retrouvailles en quelque sorte. 

 

Pas de doute : c'est la rentrée !

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 07:11

Ce matin, en allant lire cet article : enfant en difficulté parent responsables (http://blogs.lexpress.fr/the-autist/2012/06/11/enfant-en-difficulte-parents-responsables/) j'ai eu envie de laisser un commentaire pour dire qu'il n'y a pas que les troubles de comportement qui soient concernés par cette gangrène des psys et de leur corollaire, les psys de bord de zinc (vous, moi, Raoul, Ginette et le Dr Regardékomgebrille quand on se mêle de faire du décryptage psy sauvage), et puis finalement, je me suis dit que ça avait aussi sa place ici. Parce qu'il y a très longtemps, j'avais dit que je vous parlerai un peu des psys croisés dans notre vie de parents (j'épargne ceux que j'ai croisés à titre perso depuis mon enfance, y'a prescription), et que je ne l'ai jamais fait... Alors commençons par le premier, qui était une première ! Et... finalement, je n'ai pas grand chose à lui reprocher, vous allez voir.

 

Petite anecdote, donc : quand mon aîné avait 2 semaines (il y a donc 13 ans quasi pile), il a dû être hospitalisé car un RGO très violent lui faisait perdre du poids.

Hormis le fait que tout a été fait pour m'empêcher de l'allaiter (un médecin a même suggéré que mon lait était toxique... no comment) comme de lui donner un bib juste avant l'heure où ils savaient que nous devions arriver, et qu'on nous a interdit de dormir sur place (bah sinon ça se voit que les infirmières jouent au UNO entre elles au lieu de faire leur job... c'est du vécu !), on nous a aussi envoyé chez une psy, d'office et dès le premier jour avant tout examen, faisant totalement fi de mes précisions (genre mon gp avait un rgo, ma mère en a un traité par médicaments, et j'ai moi aussi un léger rgo, je ne sais pas, une piste génétique ne me semble pas une hypothèse délirante, non ?). Cette démarche était absurde et hors sujet, mais c'était tout, absolument tout ce qu'on nous suggérait, et nous y sommes allés. La psy n'a fait que nous interroger sur notre passé vis-à-vis de la parentalité (passé lourd faut dire, mais on n'est pas les premiers ni les seuls), etc. et a conclu après 2h d'entretien que nous n'étions pas pathogènes (ouf !), pour elle aucun souci d'ordre psy...

Retour à l'hosto, qui a connaissance des résultats. A votre avis ?... Ils en ont conclu que nous fabulions !!! Puisqu'il n'y avait pas de troubles psy, c'est qu'il n'y avait pas de problème, pas de RGO, son oesophagite était donc tombée du ciel, l'hyperacidité probable une vue de l'esprit, sa perte de poids était sûrement un effet de mode (il est né début juin, tous les pro vous le dirons : c'est à cette saison que la population se lance dans des régimes amaigrissants drastiques vantés dans les magazines), nous inventions des soucis qui n'existaient pas... Les bras et la mâchoire, rien que ça, nous en sont tombé, dites !

 

Petit florilège non exhaustif de quelques autres incompétences médicales lors de ce pourtant court séjour :

- la narine écorchée en plaçant la sonde du ph-mètre (c'est fort avec une sonde nourrisson à bout arrondi ! je ne veux même pas savoir comment ils ont fait...),

- le pédiatre qui nous prend de haut quand on signale un bug du ph-mètre, nous renvoyant vertement dans nos cordes pour "laisser faire les professionnels" (la place du parent c'est dehors et ta gueule) et refusant de voir de près le problème, et qui nous dit le lendemain, toujours en nous prenant de haut comme si on avait rien dit la veille, que le ph-mètre déconnait donc les données ne sont pas fiables... Faudra refaire ! Mais bien entendu, on va refaire, le re-écorcher, se faire re-traiter comme des andouilles, etc. Ben tiens ! Non mais y'en a qui m'ont vue belle, j'vous jure !,

- la plus wouahou : le chef du service de pédiatrie néonatale qui nous explique doctement dans une salle à part que le système nerveux des enfants n'étant pas mature, ils ne connaissent pas la douleur... Sachant qu'on accédait au service par un ascenseur où, en descendant, on se trouvait nez-à-nez avec une immense affiche en couleur expliquant que les enfants perçoivent la douleur, qu'on en tient compte dans les soins, blablabla (je ne vous fais pas un cours, les hôpitaux d'aujourd'hui regorgent encore de tas d'affiches purement théoriques et intentionnelles de ce genre). Pourquoi ce discours lénifiant ? Pour justifier qu'ils étaient en train de faire à notre fils, dans la pièce à côté, une fibroscopie sans anesthésie et sans notre accord !!! Rien que ça !

 

Autant dire que Le Paquet est sorti très vite de cet endroit (hôpital public de Montmorency, Val d'Oise, s'il y en a que ça intéresse. J'espère bien que depuis ils sont devenus moins incompétents et moins cons, mais je ne casse pas trop, là où j'avais accouché peu avant, polyclinique du lac d'Enghien à Soisy-sous-Montmorency, ils étaient largement pire, chez eux ça aurait carrément mérité une plainte si j'avais eu que ça à faire !), nous avons signé une décharge médicale contre l'avis des médecins, avons sorti notre enfant de ce traquenard et ne l'avons jamais regretté. Et merde à la Faculté !

 


Conclusions perso de cet épisode :

- plus encore que l'endoctrinement des psy, je crois que l'endoctrinement des masses, et particulièrement des masses médicales, qui n'ont manifestement le plus souvent pas les capacités d'analyse et de recul nécessaire au croisement de leurs compétences avec cet endoctrinement dont ils se servent comme un fourre-tout confortable, nuisent énormément à tout le monde, même pas seulement aux parents et aux enfants, c'est la société entière qui en est affectée, gangrénée, rongée. Sale mal.

- si la médecine occidentale est parfois utile, en particulier dans les épisodes paroxystiques des affections en tout genre, ses limites sont aussi parfois très vite atteintes, à peu près aussi vite que sa prétention et l'arrogance de nombre de ceux qui la pratiquent ; et moi qui faisais jusque là une confiance aveugle à la médecine, bêlant joyeusement avec le troupeau et les médias, ai commencé à me poser des questions (qui se sont largement amplifiées par la suite, mais ça fera l'objet -peut-être- d'un autre article, un de ces jours...).

 

Je ne raconte pas dans la foulée les réactions psy et médicales quand on a découvert les troubles de comportement, puis le surdouement, puis finalement le syndrome d'Asperger, hein, il se peut que j'ai autre chose à faire que taper au clavier ces 3 prochains jours, je vous laisse imaginer et vous en raconterai des bribes de temps en temps...

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 08:09

Pendant que se publiait tout seul hier matin tôt mon article programmé, j'étais aux urgences, jusqu'en début d'après-midi. Vertige long très spectaculaire hier vers 5h25 (manège à vitesse folle et non tanguage), hosto, examens, etc. Verdict : un problème de calcul dans l'oreille interne, mais hypothèse d'AVC "quasi" écartée (dixit la toubib, ouf !). Maintenant je dois me soigner, il y en a pour quelque temps.

En attendant, je vais lever le pied ici, je ne sais pas combien de temps, déjà parce que rester devant l'écran me fait mal, fixer mon regard trop précisément me vertige, et il faut que je réduise au maximum tous les stress, j'en ai déjà d'énormes à la maison, alors je supprime tout ceux qui sont supprimables. Donc terminé pour un temps tout ce qui est politique, sociétal, etc.

Je programme donc un ou deux articles que j'avais de côté, et rien que du souriant...

=^.^=

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:13

Il y a 10 jours, on nous disait qu'il fallait compter un mois pour que notre dossier soit traité et qu'on ait donc une chance que le RSA qu'on nous aavit brutalement supprimé soit rétabli...

Curieusement, depuis, le dossier a été traité et l'argent envoyé (pas encore arrivé, mais enfin envoyé si on se fie à leur site quoi... wait and see quand même, beaucoup de choses sont annoncées puis supprimées sur ce site de la caf...). Une allure record. Je me demande bien pourquoi gratgrat

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 08:35


Pas de poisson d'avril ici, que ça soit clair, je déteste cette journée et les blagues pour piéger les plus naïfs et bien se foutre de leur poire avec la bonne conscience de leur et se dire "mais c'est pour rigoleeeeeeer... rhô t'as aucun humour"... Non, je n'ai aucun humour. Et je préfère donc prévenir avant : mieux vaut me tenir à l'écart des blagues premieravrilesques quand on ne veut pas se fâcher un bon coup avec moi. En revanche, ceux qui veulent se débarrasser de moi dans leur entourage rapidement, allez-y, lâchez-vous, c'est le moment !

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 10:38

Depuis toute petite, j'ai les pieds extra-plats, et les genoux valgus. Avec le temps, ça s'est copieusement agravé. Il y a environ 2 ans, quand mes genoux se touchaient, mes pieds ne pouvaient pas être à moins d'une quinzaine de cm l'un de l'autre environ... Et puis toutes les petites chianteries qui y sont liées (lumbagos fréquents, douleurs en tout genre, hanches bloquées régulièrement au point de ne plus pouvoir marcher, sans même avoir à faire de travaux physiques, etc.). Les médecins, tous sans exception (mais j'en ai changé depuis peu, tiens, faudrait que je "teste"), prennent ça très à la légère, les pieds plats ça fait sourire, les genoux en X, on frise le sketch... Quand on insiste lourdement, on arrive parfois à obtenir une ordonnance pour voir un podologue et faire des semelles. Ca soulage un peu, quand on en trouve un compétent. Pour ma part, j'en ai essayé un paquet, la plupart se servent surtout de leurs patients pour amortir du matériel spectaculaire et horriblement dispendieux destiné principalement à camoufler leur incompétence. Le seul vrai compétent que j'ai trouvé était en région parisienne, discret dans une ville peinard de la banlieue nord où j'habitais, avait appris son métier à l'ancienne, prenait un tarif qui lui permettait de vivre (et pas de se payer des vacances aux Baléares 4 fois par an en emmenant le 4x4 qu'il n'avait pas... puisqu'il n'avait pas de matos délirant à payer, son matos était son savoir-faire et son expérience, ça n'a pas de prix). Ses semelles étaient parfaites, stimulantes, exactement sur mesure (et pas découpées à l'arrache plus mal qu'un enfant de moyenne section pas fort en découpage comme je l'ai parfois vu...). Bref c'était super avec lui.

Mais pas parfait non plus, puisque mes genoux continuaient à faire un x de plus en plus marqué... A quoi la médecine ne répondait que par du fatalisme et les habituels reproches culpabilisants qu'on sert à toutes les sauces quand il faut camoufler son ignorance (c'est votre surpoids, vous vous tenez mal, faut faire ci, faut faire ça -parfois consils contradictoires, la médecine d'ici comme d'hab quoi).

 

Une voisine d'en face a eu le même souci, elle a dû être opérée il y a un peu plus d'un an, et elle a méchamment douillé. Comme elle a 17 ans de plus que moi, elle a un autre recul, et elle m'a dit à l'époque que pour que ça ne dégénère pas, il fallait que j'arrive à obtenir des séances de kiné maintenant, sans attendre que ça s'aggrave encore. Kiné ? Aaaaaah les kinés !

Quand le Paquet est né voilà 12 ans, on m'a envoyée chez un kiné faire une rééducation périnéale. La blague ! Le gars entrait, m'expliquait d'une traite "vous faites tel mouvement en inspirant, puis tel autre en expirant, dix fois de suite, puis vous vous tournez comme ça, vous levez là en inspirant, puis vous descendez en expirant, 3 fois de suite, puis...", ensuite il sortait de la pièce, ne répondait plus aux appels et réapparaissait 45 mn plus tard, content de lui mais mécontent de moi, parce que j'avais oublié la moitié des consignes et enchaînements. Tout ça m'a fait royalement chier, j'y suis allée 2 fois et basta. Ah c'est sûr qu'à ce rythme, c'est normal qu'il ait pu rouler dans un 4x4 ridicule en ville, habiter dans une super baraque prétentieuse et partir en vacances plusieurs fois par an en revenant tout bronzé. Pratique de ne pas avoir de conscience (ni professionnelle ni autre), parfois... La rééducation suivante, j'ai appris à la faire seule, et ça m'a très bien réussi merci.

Depuis j'ai croisé un super biokinergiste (merci de ne pas confondre avec kinésiologue, ça n'a rien à voir) et un chouette kiné passionné de réflexologie et d'huiles essentielles, mais mon opinion est restée assez méfiante et tant que je peux éviter les "professionnels" de la santé, ceux-là comme les autres, je les évite avec soin.  

 

Mais revenons à mes genoux.

Cette voisine, donc, me dit qu'il me faut de la kiné pour pas finir comme elle dans 10 ou 15 ans. Instantanément, je me dis "si un kiné peut le faire, c'est que c'est mécanique, je dois pouvoir le faire aussi". Dès le lendemain, sous la douche (vous saurez tout !), je m'y colle, j'essaie de rapprocher mes pieds en adoptant auparavant une posture physiologiquement saine (et là je mesure ma chance d'avoir faire un peu de formation à la réflexo et les gestes d'une autre discipline corporelle dont j'ai oublié le nom il y a 20 ans, et en avoir gardé l'essentiel et en grande partie le détail en tête !). Comment dire ce que j'ai ressenti tous les matins pendant des semaines ?... hum, faisons sobre et résumons, pour une fois : ouille. Mais j'ai persévéré, encore et encore, tous les matins sans faute, 5 minutes, pendant des semaines. Mes genoux se sont redressés.

 

Maintenant, je ne le fais plus qu'une ou deux fois par semaine, sans douleur, mes genoux ne sont plus en x, et ne me font plus mal. Depuis que je le fais, fini les lumbagos pour un oui ou un non au moindre effort dérisoire ou en changeant de chaussures, les douleurs permanentes aux hanches que je traînais depuis une quinzaine d'années jusqu'à hurler et pleurer de douleur parfois (et dûes, parait-il, entièrement à mon surpoids puisque je fais 70 kg pour 1m65... pourtant, si je me fie à comment mes pantalons me serrent, je n'ai rien perdu, hein ! voire même... oui bon, hum). Pourquoi j'en parle aujourd'ui ? Parce qu'hier, j'ai bouiné dans le jardin et sur la terrasse, et pas qu'un peu ! Toute la journée à déblayer, nettoyer, etc. En fin de journée, j'étais KO, fourbue de partout, mais moins pire que d'habitude, j'ai eu mal au genou droit (celui que je m'étais blessé en tombant dans un escalier il y a 12 ans, et qu'on n'a pas soigné parce que j'étais alors enceinte de MissPapillon et qu'ensuite j'allaitais...), ça m'a fait me souvenir de tout ça, figurez-vous que j'avais complètement oublié mes genoux tous ces derniers temps !!!! 

Avant, je me serais levée ce matin complètement brisée, lumbago et douleurs de hanche garanties, genoux en compote... Et ce matin, à mon grand étonnement, rien. Que dalle. Je ne sens pas qu'hier j'y suis allée un peu fort. Juste une vague, très vague gêne sans douleur au genou droit... 

 

Alors je ne suis pas un modèle, ni un exemple, ce que j'ai fait n'est officiellement pas à faire probablement, au moins sans quelques connaissances anatomiques et physiologiques minimum, je suppose. Pour autant, une fois de plus, je suis bien contente de m'être passée de notre médecine d'ici, qui est formidable pour certains problèmes extrêmes, mais vraiment nulle à chier pour quasi tout le reste, et surtout en préventif... et d'avoir éviter, par là-même, d'avoir à croiser ces "professionnels" pour lesquels j'ai, dans leur immense majorité (avec heureusement quelques exceptions remarquables !) un mépris généralement à peu près égal à leur ego... 

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 06:11

Cette photo est dans ma machine depuis avant Noël. Je vous laisse psychanalyser tout seuls le pourquoi du comment j'oubliais toujours de la publier...

2012_01_00_stock.jpg

Il s'agit des cartons (total récup !) qui ont emmené tout ce qui nous restait des "finis" d'Herbe Folle (fiches, kits, gadgets). Ne nous restent un peu "sur les bras" que les matières premières (grands rouleaux de toile, gros cônes de mouliné, même si monsieur Plouf a réussi à en revendre une partie)... clap de fin définitive.

 

Pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle : Herbe Folle était notre entreprise. Nous l'avions montée en 2003 à partir de ma passion pour la création pour le point de croix, elle nous a permis de quitter un job qui avait fini par l'horripiler pour monsieur Plouf, et de venir vivre en province pour toute la famille (bon, ça, on en se doutait pas à quel point on le regretterait et combien on y perdrait humainement parlant... enfin surtout moi !). Puis c'est devenu trop difficile de maintenir l'activité qui éloignait monsieur Plouf de la maison plusieurs semaines complètes par mois, entre l'isolement social imposé par la culture régionale, la violence d'alors de SuperKrapou, la rivalité permanente avec MissPapillon, la naissance de PrincesseO, la désco forcée... Cette vie-là n'était plus possible, et je ne pouvais plus tenir le rythme de création/fabrication pour que la boîte tourne bien tout en assurant le reste (enfants, maison, instruction), surtout moralement en étant dans un isolement social comme on le subit ici. Cela dit, même sans ça, on n'aurait probablement pas pu continuer, vu que le secteur, qui n'était déjà pas super florissant, s'est magistralement cassé la gueule ces dernières années et que beaucoup de boîtes ont fermé. Nous avons freiné l'activité il y a 3 ans, puis de plus en plus, j'ai cessé officiellement d'être gérante en juin 2010 (je ne suis même plus sûre de l'année tellement la vie est devenue monotone...), et l'entreprise a été liquidée officiellement en fin d'année.

 

Donc, même si ça a été relativement progressif, cette photo est juste le symbole d'une fin, la fin d'une fin, celle de cet espoir qu'on y avait mis. Au final, on y a surtout perdu beaucoup d'argent (celui de monsieur Plouf), mais ça nous a permis, déjà de vivre cette expérience, ensuite de payer nos charges et le quotidien quelque temps, enfin de goûter à l'indépendance, et j'ai apprécié d'être à la fois dans le monde du travail, au foyer et disponible pour les enfants pendant ces quelques années... Maintenant il fallait passer à autre chose. Et je ne brode plus.

 

Enfin c'est aussi le symbole de tout une dégringolade vertigineuse, qui est loin de ne toucher que le plan professionnel... mais ça, vous vous en doutiez...

 

Allez, haut les coeurs, espérons que 2012 sera moins pourrie que 2011, et je vous la souhiate bonne aussi !

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Nombril
commenter cet article

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n