Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 08:59

livre_2010_11_nothomb_forme_vie.JPGAmélie Nothomb, auteure et narratrice de ce roman, reçoit un jour une missive d'une soldat américain basé en Irak. Ayant pour habitude de répondre à tout son courrier, elle répond à celui-ci. Il va ensuite lui révéler le drame de sa vie, l'obésité. Une correspondance toute particulière va alors s'installer et prendra une place importante dans leurs vies, jusqu'à ce que...

 

Ces derniers temps, j'ai lu des critiques acides sur Amélie Nothomb que, semble-t-il, il est de bon ton de ne plus apprécier dans les milieux bobos et pseudo-intello. Ca tombe bien, parce que 1-ma grotte est loin de ces milieux, et 2-j'aime toujours Amélie Nothomb, sa plume virtuose et son esprit décalé. Et je trouve que vieillir lui réussit à merveille ! Elle gagne en originalité, en subtilité et en sincérité ce qu'elle perd en excentricité factice. Je comprends que ça puisse déplaire, dérouter, voire décevoir, mais pour ma part j'apprécie grandement (oui, je suis bon public et j'en suis fière figurez-vous =^.^= ).

Ce livre n'est pas crédible ? Certes. Et alors ? Est-ce que je lis un roman quand j'ai envie de crédibilité ? Non, je prends un bouquin de Pierre Bellemare et Jacques Antoine !

Mon seul bémol serait peut-être l'incursion politique du début, que j'ai trouvée convenue, simpliste et inutile. Mais dans l'ensemble, j'ai beaucoup apprécié ce roman, même la fin en queue de poisson, râlante à souhait puisque le moment le plus excitant et potentiellement réjouissant est volontairement évincé...

En revanche, j'ai réellement apprécié sa réflexion sur le décalage entre ses convictions et ses réactions spontanées face à l'obésité. Aimé aussi cette impression d'entrer un peu dans son "intimité" sans impudeur via le récit de certains de ses courriers, même si parfois un brin au réglage de compte en public m'a mise mal à l'aise.

 

Bref, pas parfait, on pourrait lui trouver plein de défauts, pas aussi flamboyant que certains autres bouquins d'Amélie Nothomb, mais ça reste un bon livre, plaisant et sincère, original.

 

__________.-*¨*-.___________

 

Quelques extraits...

 

page 38 : De toutes les drogues, la bouffe est la plus nocive et la plus addictive.

 

page 56 : Il me faut un être humain qui soit en dehors de tout ça et qui en même temps soit proche de moi : c'est ça, un écrivain, non ?

 

page 57 : Des psys, il n'en manque pas ici. J'en ai essayé plusieurs. On leur parle trois quarts d'heure dans le plus profond silence et puis ils vous prescrivent du Prozac.

 

page 99 : Qu'on me prête ce carnet d'adresses m'agace ; qu'on ne cesse de me demander des services énormes me sidère. Je n'oserais pas, moi, faire de telles requêtes à quiconque ; je n'y penserais même pas. Confondre une chose aussi bon enfant que le courrier des lecteurs avec une agence de placement, ou avec du clientèlisme, est d'un singulier mauvais goût.

(j'ai relevé cette citation, parce qu'elle m'a fait rire, ce que je trouve de mauvais goût, moi, c'est de confondre un roman avec un terrain vague où régler ses comptes)

 

page 125 : [...] pourquoi  un amie d'encre et de papier vaudrait-il moins qu'un ami de chair ?

 

page 151 : Qui a assez de courage pour décider de maigrir de 130 kilos ?

 

page 164 : Mon cerveau avait un caillou dans la chaussure.

 

__________.-*¨*-.___________

Une Forme de vie, Amélie Nothomb, 2010, 169 pages

Partager cet article

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article

commentaires

zazimuth 15/11/2010 19:41



Celui-là me tentera sans doute...



Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n