Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 07:04

livre_2013_03_paris_autobiographie-courgette.jpgL'histoire : Icare, surnommé Courgette, est chez lui avec sa mère qui, comme d'habitude, ne fait que regarder la télé et boire des bières. Et parfois lui crier et taper dessus sans raison. Aujourd'hui il s'ennuie, alors il va farfouiller dans les affaires de sa mère. Et là, surprise, il trouve un revolver ! Avec lequel il va tuer... avant de se retrouver en orphelinat, où se déroulera l'essentiel de cette histoire.

 

Mon avis : un livre très agréable. J'ai eu un peu de mal au tout début avec le style enfantin un peu trop caricatural (peut-être parce que je n'ai pas eu d'enfant écrivant ainsi, quel que soit leur âge...), puis je m'y suis faite, et j'ai trouvé l'histoire plaisante. On a, tout le temps, uniquement la vision de Courgette, qui est profondément gentil et ne s'embarrasse pas de jugements. Son récit est fait de telle manière qu'il laisse deviner les choses avec son regard naïf. L'histoire est jolie, comme on aimerait que soit la vraie vie, surtout pour les enfants qui ont un départ chaotique comme ceux qu'on croise ici, qui ont tous un passé déjà bien chargé, même si le regard de Courgette l'allège considérablement. Un tour de force d'écrivain d'avoir réussi à rendre léger et amusant ce qui est habituellement vu comme terrible et larmoyant. Et des personnages attachants et consistants. Vraiment une jolie histoire pour se faire du bien ! =^.^=

Merci à Pyrouette pour l'envie de lecture de ce livre. (je lis dans tes commentaires que quelqu'un juge Courgette "simplet", je m'insurge !!! Il ne l'est pas, bien au contraire, même s'il a la douce naïveté de certains enfants !)

 

***

Feuilletons ensemble quelques extraits...

 

incipit : Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui dit souvent :

- Le ciel, ma Courgette, c'est grand pour nous rappeler qu'on n'est pas grand chose dessous.

- La vie, ça ressemble en pire à tout ce gris du ciel avec ces saloperies de nuages qui pissent que du malheur.

- Tous les hommes ont la tête dans les nuages. Qu'ils y restent donc, comme ton abruti de père qui est parti faire le tour du monde avec une poule.

 

page 83 : Et je dis rien d'autre. J'attends. Il faut pas faire mal à Camille avec mes questions. Des fois ça fait mal les questions.

 

page 89 : L'église, c'est la maison du bon Dieu qui y est jamais.

Ca m'étonne pas, vu qu'il fait toujours mega froid dans sa maison. Le bon Dieu, Il est pas idiot, Il est bien au chaud dans les nuages avec le soleil qui Le chauffe au-dessus et Il se protège des gens qui ont toujours un truc à Lui demander.

 

page 116 : Et il  faut les regarder, ces adultes, jouer aux grandes personnes et faire plus de bêtises que nous, les enfants. C'est vrai qu'on est pas aussi sages que des images qui bougent jamais, mais bon, c'est pas les enfants qui cambriolent les maisons ou font sauter les gens avec des bombes ou tirent avec des carabines, à part moi, mais c'étiat juste un revolver et j'ai pas fait exprès.

 

page 164 : Des fois, les grandes personnes faudrait les secouer pour faire tomber l'enfant qui dort à l'intérieur.

 

page 193 : Les gens très âgés c'est pareil que les enfants à part l'âge et les dents qu'ils retirent le soir dans le verre à eau. 

Ils font autant de bêtises que nous et ils mangent aussi mal.

 

pages 224-225 : C'est pas parce qu'on demande rien qu'on sait tout.

[...]

Et les grandes personnes c'est pareil.

C'est plein de points d'interrogation sans réponse parce que tout ça reste enfermé dans la tête sans jamais sortir par la bouche. Après, ça se lit sur les visages toutes ces questions jamasi posées et c'est que du malheur ou de la tristesse. 

Les rides, c'est rien qu'une boîte à questions pas posées qui s'est remplie avec le temps qui s'en va.

[...]

Moi, quand je serai vieux, j'aurai toujours dix ans et je me poserai toutes sortes de questions idiotes et j'aurai pas une seule ride.

 

***

Autobiographie d'une Courgette, Gilles Paris, 2002, 255 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 06:54

Bonjour =^.^= Bon, cette semaine, personne n'a trouvé la réponse. Donc je vous donne directement la solution :

kesss 2013 03 24 reponse

C'était l'intérieur d'une coquille de noix. A dimanche pour le prochain kesss =^.^=

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 08:53

Ce clip tourne beaucoup en ce moment, alors je vous fais grâce des explications enlarmoyées, et juste pour le plaisir...

 

 

=^.^=

 

Jean-Jacques Goldman, Je te donne, L'Arche Marseille

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 08:34

kesss_2013_03_24.JPG

réponse mercredi ou jeudi =^.^=

Repost 0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:10

Clic les gros mots pour aller voir du pays ! Attention, cette semaine, c'est du lourd !

 

LIENS

♥ On commence par une relance, pour une amie qui a un beau projet de voyages avec sa fille, et a besoin de vos votes pour le réaliser, elle ne peut pas payer autrement les frais des auberges de jeunesse. C'est juste un vote ! =^.^=

 

Autisme

 

♦ Je croise encore un peu aujourd'hui des gens qui imaginent qu'en France, tout est prévu pour tout, et que donc les autistes sont bien pris en charge, etc. 2012 avait fait de l'autisme sa "grande cause nationale", déjà nous, les parents, avions trouvé que ça avait été un beau foutage de gueule, mais en fait on n'avait rien vu. A peine 2013 entamé que la charge se fait lourde, très lourde ! Les autistes sont une cible et un objet de profit, et ça commence à se voir à tous les niveaux. Il y a déjà les cas personnels que je vois se multiplier autour de nous (j'en fais partie), où la MDPH décide de s'en prendre aux allocations déjà bien chiches, pose des conditions qu'elle empêche elle-même de se réaliser, etc., ensuite on vire les professionnels qui ont un autre avis (autre que celui du lobby dominant hein, pas autre que les recommandations de la Haute Autorité de Santé...). Bon, dans le texte que je viens de donner en lien, il y a une erreur d'ignorance de la personne qui écrit, c'est que les recherches sur Alzheimer (et sur le cancer, entre autres) sont bloquées aussi, pour des raisons de profit des labos, contrairement à ce qu'il croit un peu naïvement.

 

♣ Et puis il y a plus grave. Depuis quelques années, je sentais bien dans les administrations une énorme nostalgie de l'époque de la CDES, qui, jusqu'à il y a une dizaine d'années, décidait tout en lieu et place des parents pour l'orientation et la vie des enfants handicapés, et je me demandais comment l'Etat allait bien réussir à se débrouiller pour en refaire un clone et déposséder encore une fois les parents de leurs droits. Ca y est, ils ont trouvé ! Et en plus, ils font d'une pierre deux coups puisque l'Education Nationale va pouvoir continuer à étendre son emprise dictatoriale et sectaire quoiqu'incompétente. Oh yeah ! Pour savoir, je vous renvoie sur le blog de Daniel Fasquelle, rien que ça ! Un grave recul de la prise en charge des enfants autistes. Dormez braves gens, l'Etat Providence s'occupe de tout...

education_63966_621875514492527_1681690727_n.jpg

 

Education

 

♠ Un petit tour en Belgique, mais le livre dont parle cet article me semble tout à fait approprié pour bien d'autres pays... Un livre contre l'école néo-libérale.

 

♦ Et puis un blog que je ne connaissais pas encore, même si j'avais déjà beaucou pcroisé son auteure, Bernadette Nozarian. Je vous renvoie sur un petit article de janvier, sur l'acceptation de la différence, Au pays de Voltaire et d'Hugo, mais c'est loin d'être le seul article intéressant.

 

mode vie - écologie

 

Un ministre belge veut relancer l'utilisation du cheval de trait. Rhâ oui, quelle bonne idée ! J'adore ! Mais pourquoi c'est jamais chez nous qu'il y a de bonnes idées venues d'en haut ?

 

Trafic de pesticides, trafic de drogue, même combat ? Dois-je vraiment donner la réponse que je pense à cette question ?...

 

21 écolos anglais humilient EdF qui voulait les saigner. Yeah !

 

♠ Quand l'Etat se paie magistralement notre poire en faisant croire qu'ils vont faire une loi contre quelque chose alors qu'ils envisagent ni plus ni moins de faire le contraire et d'entériner au plan législatif une pratique scandaleuse... Bienvenue au pays des droits de l'homme lobbys rois ! L'obsolescence programmée, bientôt interdite ? Mais comment les soi-disant écolos "officiels" peuvent-ils tomber dans un panneau aussi grossier ?!

 

sourires - curiosités

 

♦ Allez, soyons plus positifs ! En avril, c'est à Villeurbanne que ça se passe (et purée de pois ! j'aimerais y être  !!!), avec la Faction Armée Révolutionnaire du Tricot ! Ca rigole pô ! Libération du fil !

 

♣ Ce qui suit provient d'un livre intitulé : Désordre dans les Cours. Ce sont des citations textuelles de véritables propos tenus devant la Cour.


AVOCAT : Quelle est la première chose que votre mari vous a dite ce matin-là? 
TÉMOIN : Il a dit "Où est-ce que je suis, Cathy?" 
AVOCAT : Et pourquoi est-ce que ça vous a déplu? 
TÉMOIN : Je m'appelle Suzanne!
______________________________ _____________

AVOCAT : Êtes-vous active sexuellement? 
TÉMOIN : Non, je me laisse faire. 
______________________________
 _____________

AVOCAT : Cette myasthenia gravis, affecte-t-elle votre mémoire d'aucune façon?
TÉMOIN : Oui. 
AVOCAT : Et de quelle façon affecte-t-elle votre mémoire? 
TÉMOIN : J'oublie. 
AVOCAT : Vous oubliez? Pouvez-vous nous donner un exemple de ce que vous avez oublié? 
______________________________ ____________

AVOCAT : Docteur, n'est-il pas vrai que lorsqu'une personne décède en dormant, elle ne le sait pas avant le lendemain matin? 
TÉMOIN (un médecin) : Avez-vous vraiment passé vos examens à la barre?
______________________________ ___________

AVOCAT : Le plus jeune garçon, celui de 20 ans, quel âge a-t-il?
TÉMOIN : Vingt, comme votre quotient intellectuel. 
______________________________ ____________

AVOCAT : Étiez-vous présent lorsque votre photo a été prise?
TÉMOIN : Voulez-vous rire de moi? 
______________________________ ____________

AVOCAT : Donc, la date de conception (du bébé) est le 8 août?
TÉMOIN : Oui. 
AVOCAT : Et que faisiez-vous à ce moment-là?

TÉMOIN : Je baisais. 
______________________________ ____________

AVOCAT : Elle avait trois enfants, c'est exact? 
TÉMOIN : Oui. 
AVOCAT : Combien étaient des garçons? 
TÉMOIN : Aucun. 
AVOCAT : Y avait-il des filles? 
TÉMOIN : Monsieur le Juge, je pense que j'ai besoin d'un autre avocat. Est-ce que je peux avoir un autre avocat? 
______________________________ ____________

AVOCAT : Comment votre premier mariage s'est-il terminé? 
TÉMOIN : Par le décès. 
AVOCAT : Et par le décès de qui s'est-il terminé? 
TÉMOIN : Devinez. 
______________________________ ____________

AVOCAT : Pouvez-vous décrire l'individu? 
TÉMOIN : De grandeur moyenne, avec une barbe. 
AVOCAT : Était-ce un homme ou une femme? 
TÉMOIN : À moins que le cirque soit en ville, je vais dire un homme. 
______________________________ ____________ 

AVOCAT : Docteur, combien de vos autopsies avez-vous faites sur des personnes mortes? 
TÉMOIN : Toutes. Les vivants se débattent trop. 

 

♥ Il y a quelques années, Peter Menzel avait défrayé la chronique avec un livre très beau sur ce que les familles mangent en une semaine à travers le monde. Edifiant ! 

Aujourd'hui, c'est Gabriele Galimberti qui prend la relève en photographiant à travers le monde les enfants avec leurs jouets. Je vous renvoie vers le site Zafro (pour leur texte accompagnant), et bien entendu, vers le site de Gabriele Galimberti pour voir l'intégralité des photos du projet Toy Stories. Edifiant, là encore ! Certaines serrent le coeur, et je bondis toujours autant quand je vois des "armes jouets" :-(

 

IMAGES

 

animaux

animo_1908_490577387658861_657057654_n.jpg

animo_8e5b304e6bf1b17b4e65f42c3bc713a9.jpg

animo_69197_637219562971436_786215237_n.jpg

animo_354910ae938c82effabe6c0241375f24.jpg

animo_480637_4637163328502_1153320167_n.jpg

animo_539494_400402963389993_1223910346_n.jpg

animo_602102_4620265986079_1261877996_n.jpg

 

économie - politique

politique_1698_514400105273469_1175648434_n.jpg

politique_524897_603829116312614_926279923_n.jpg

politique_599200_483281801725730_930550298_n.jpg

politique_599773_577113415633875_2071779003_n.jpg

politique_economie_64698_482955921758318_2062315815_n.jpg

 

art - street art - beauté

art_320116_4612974723802_1942711793_n.jpg

art_537551_10151595486225774_2027566459_n.jpg

art_549936_415616168522266_928653841_n.jpg

art_581859_4624217244858_774128306_n.jpg

art_streetart-yarnbombing269387_489712151090042_1237750160_.jpg

art_streetart_72554d3067dde7640cec28649f0e0394.jpg

ffd4d9ea131da7e5650029fd201a44a4.jpg

de la malachite :

bot_480006_289847621145938_488120358_n-malachite-copie-1.jpg

 

divers - rions zun pneu

div_581954_10151341203062546_601110712_n.jpg

div_734460_4615758473394_1050050452_n.jpg

humour 26343 10151481396214284 1941599337 n

humour_559877_622763451083783_1004804723_n--1-.jpg

humour_580652_10151302349941787_2003814697_n.jpg

parfois, le boeuf s'avère être du cheval, et parfois, le cheval s'avère être du poulet :

insolite_6790_3997237988626_1071777549_n.jpg

recup_417740_324605917662067_1724135325_n.jpg

 

livres

la bibliothèque municipale de Kansas City :

livres_531747_538062772912253_2061640437_n-kansas-city-bibl.jpg

livres_601223_540735559311641_608133344_n.jpg

 

potager

nature_527623_549526218411498_1010665063_n.jpg

nature_577799_565396760145450_804925120_n.jpg

 

C'est tout pour cette semaine =^.^=

c39ea6bcced0c7fcf3ba79e689b2603f.jpg

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 08:31

livre_2013_03_mazetti_caveau-de-famille.jpgL'histoire : On retrouve Désirée, la bibliothéquaire citadine, et Benny, le paysan campagnard, après la fin de Le Mec de la tombe d'à côté. Leur projet de tentative de faire un bébé en bandoulière, les voilà repartis dans leur amour compliqué...

 

Mon avis : un livre très amusant ! De l'humour, un peu d'acide, une touche d'amertume cachée derrière une bonne humeur parfois un peu forcée. Ce livre est un très bon moment de lecture-détente, qui en profite pour dire deux-trois choses assez justes, en particulier sur la mysogynie ordinaire vis-à-vis des mères. N'y cherchons pas de la "grande littérature", ni même le simple respect des règles de ponctuation (par exemple), c'est juste un simple plaisir très distrayant à ne pas bouder. Racontée par alternance de subjectivités (un coup Benny, un coup Désirée, etc.), on se laisse vraiment bien prendre par l'histoire et le ton de leur aventure quotidienne. Et le dernier chapitre sur le rythme du début d'une journée au foyer est très drôle, et si juste (mais même s'il est court je ne vais pas vous le citer, c'est trop...).

On peut lire ce livre sans avoir lu Le Mec de la tombe d'à côté, et de toute façon, le livre commence par une page de résumé de ce précédent tome, donc ça roule tout seul.

 

***

Feuilletons ensemble quelques extraits...

 

incipit : La première nuit, en quittant l'appartement de Désirée je me suis cassé la figure dans l'escalier, et je pense que c'était tant mieux.

 

page 35 : Quand ils sont amoureux, les gens dégringolent à un Q.I. de 72 environ, c'est ma théorie. Assez élevé pour pouvoir aller tous seuls aux toilettes et ne pas se faire arrêter par la police dans la rue, mais trop bas pour qu'on puisse accorder une quelconque confiance dans leur jugement. 

 

page 53 : J'avais l'impression que la seule femme de ma vie à ne pas m'avoir vu comme un crétin, c'était ma mère. Mais elle était peut-être trop gentille pour le dire ouvertement.

 

page 72 : Ce qu'on est obligé de supporter, on peut tout aussi bien apprendre à l'aimer.

 

page 98 : Jusque là j'avais joué le jeu et fait semblant d'être une citadine bouchée. A présent je commençais à comprendre que c'était exactement ce que j'étais.

 

pages 163-164 : A la mi-novembre est arrivé le jour de mon retour à la bibliothèque. J'avais déposé les garçons à la crèche et étais allée en ville dans une voiture bizarrement vide. Je me rappelle le luxe que ce fut de me promener entre les rayons, tranquillement, sans avoir à tourner la tête dans tous les sens comme une chouette pour vérifier où ils étaient. M'asseoir avec le journal pendant la pause déjeuner... aller aux toilettes toute seule... déjeuner avec mes collègues et parler avec eux sans être dérangée...

Bref : il n'y a rien de plus stressant qu'être parent d'enfants en bas âge. Si, peut-être travailler dans la tour de contrôle d'un aéroport international. Avec du brouillard et l'espace aérien rempli de jumbo-jets. Mais même les aiguilleurs du ciel rentrent chez eux prendre du repos pendant quelques heures.

On ne sait pas cela quand on décide d'avoir des enfants, et tant mieux. Parce qu'on ne sait pas non plus qu'on est tous capables d'un tel amour inouï, on n'y est pas préparé. Subitement grâce à eux, la vie prend toutes ses dimensions.

 

page 211 : Quoique, en général nous n'avions même pas les moyens d'acheter quoi que ce soit par pack familial, nous vivions au jour le jour, surtout à la fin du mois. C'est cher d'être pauvre !

 

page 214 : Je trouvais que j'avais vraiment fait quelque chose de bien de ma vie ! La ferme n'était pas encore en faillite, rien que ça !

 

page 220 : Si on a trois gamins chiants, on pense qu'on les aura encore dans dix ans. Mais alors on aura trois ados imbuvables qui refusent qu'on s'occupe d'eux et ensuite on n'a même plus ça ! 

 

***

Le Caveau de famille, Katarina Mazetti, (titre original : Familjegraven), traduit du suédois par Lena Grumbach, 2011, 238 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 08:24

Un grand bravo à Bribri qui a trouvé la première ! Mamita a approuvé l'idée, puis ont suivi aussi comme "gagnantes" Pascale et Catherine. Bravo bravo ! Il s'agissait bien de...

kesss_2013_03_17_reponse.jpg

Bon, là j'ai pris la boîte de bicarbonate parce que je l'avais sous la main, mais dans ce cas, salière et bicarbonate, même combat !

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 10:15

livre_2013_03_bourdin_sans-regrets.jpgL'histoire : Richard est marié, père d'une fillette, et heureux propriétaire d'un hôtel écologique en Touraine. Mais il vit avec la culpabilité d'un drame et le regret d'un amour de jeunesse brutalement arrêté par ce drame. Alors quand il re-croise la femme de cet amour perdu, et qu'il se rend compte que leurs sentiments et désirs sont restés intacts depuis 15 ans, forcément, ça le perturbe... Et d'autant plus que la femme de cet amour de jeunesse est, elle, déterminée à poursuivre leur histoire laissée inachevée... Pris entre deux choix possibles très différents, Richard saura-t-il y voir clair ?

 

Mon avis : décidément, Françoise Bourdin est une conteuse hors pair ! J'ai trouvé le premier chapitre gnan-gnan, et dès le deuxième j'ai été happée, et ai ensuite dévoré ce livre. Comme l'historie d'amour de deux amis, on écoute ce récit en ayant envie de donner des conseils, et en sachant pertinemment que c'est inutile, que certaines choses ont besoin d'être vécues, éprouvées, traversées. Les personnages sont très crédibles, consistants, leurs émotions sont évidentes, naturelles, humaines. Et on peut tous comprendre les tiraillements des uns et des autres, les émotions contradictoires, les culpabilités, l'envie de vivre passionnément à n'importe quel prix, tout comme celle d'un bonheur paisible. 

 

Merci à Pyrouette qui m'a donné envie de lire ce livre, et dont je trouve toujours la critique de ce même livre (clic) très juste.

 

***

Feuilletons ensemble quelques extraits... (d'autres extraits très parlants chez Pyrouette)

 

incipit : Trop ému et trop distrait pour écouter la lecture de l'acte, Richard essayait d egarder les yeux rivés sur son stylo, posé en travers d'une feuille devant lui.

 

page 113, qui résume bien le livre : "Qu'est-ce que je veux vraiment ?"

Il pouvait poursuivre une route sans joie aux côtés de Jeanne, avec la conscience tranquille et de lancinants regrets. "Comme un cheval de labour avec ses oeillères, qui finit par mourir à la tâche au bout d'un sillon."

Ou alors, il pouvait reconquérir Isabelle, en espérant que l'exaltation de l'amour fasse taire ses remords. "Jusqu'à quand ? Peut-on être heureux en ayant trahi ?"

 

page 301, une sorte de conclusion : "Mon Dieu, comment ai-je pu lui faire ça ? Le désir ne rend pas seulement idiot, ça rend aussi cruel, menteur et lâche." 

 

***

Sans regrets, Françoise Bourdin, 2009, 314 pages

Repost 0
Plouf_le_loup - dans Livres
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 09:11

kesss_2013_03_17.JPG

réponse mercredi ou jeudi =^.^=

Repost 0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 08:31

Argh, je crois que c'est addictif !!! Tant qu'il restera de la laine, hein...

tricot_2013_03_chaussettes2.JPG

En fil CHO'7 de Bergère de France, tricotées sur 2 paires d'aiguilles circulaires, talons en rangs raccourcis et haut en jetés =^.^=

Repost 0

Profil

  • Plouf_le_loup

Greenpeace

Recherche

Mon Pinterest

LogoPinterest.png

le site de monsieur Plouf

Ma boutiquette Dawanda

http://s32.dawandastatic.com/User/2097/2097450/full/1318454317-436.jpg

mes messages du moment...

2012 04 27 17 

  aaa-Krishnamurti.jpg    

politique3

politique societe 11406 566323960053809 1567636941 n